Longines

Publié le 17 Janvier 2017

Longines

Cette Compagnie horlogère helvétique qui figure parmi les plus anciennes marques encore en activité dans les registres de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, utilise le sablier ailé depuis 1867, date de sa fondation – Mais il faut remonter à 1832 pour entrevoir l’établissement du premier comptoir horloger par Auguste Agassiz (Longines veut dire : Les près allongés). Le développement international (vers les USA) date lui de 1846 et c’est Ernest Francillon, neveu d’Agassiz qui prend les rênes de l’entreprise florissante dès 1852. Ainsi à l’inauguration de l’usine de St Imier en 1867, c’est lui qui est à l’œuvre pour le développement des premiers calibres maison. Avant 1900, on compte déjà les calibres 20A, 20H et 21.59.

L’entreprise ne cesse de développer de nouveaux mécanismes jusqu’à nos jours. On remarque le premier calibre L6512 Ultra Quartz dès 1969, mais aussi de nouveaux moteurs, parfois en collaboration avec d’autres (comme Ebauche SA en 1972). Et surtout le L990 en 1977 qui marque le renouveau du « mécanique ».

Suivent les 276VHP, L688, L707 et L788 développés entre 1984 et 2012. Dans l’intervalle une dizaine de calibres ont déjà vu le jour.

En 1991, Walter Von Känel employé chez Longines depuis 1969 est appelé par Nicolas Hayek pour diriger l’entreprise qui fait depuis 1983, partie de SMH, rebaptisé Swatch Group https://www.longines.fr/.

L’entreprise qui reçoit tout au long de son développement de nombreux prix horlogers s’attache diverses collaborations techniques dont celle de l’aviateur Charles Lindbergh. Elle se tourne en 2013 vers le monde hippique et réalise des garde-temps autour de ce thème. C’est l’une des sociétés horlogère qui a depuis les années 70, poursuivi avec bonheur et succès, une partie de sa production, avec des calibres Quartz maison, sans rien abandonner de ses compétences dans le mécanique.

Ses productions très diversifiées comprennent de nombreux modèles souvent taxés de « classiques » et les prix restent dans l’ensemble très proches de ceux des montres de milieu de gamme, avec toutes les qualités attendues. Les modèles les plus chers comprennent souvent des complications élaborées et peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros.

La société possède sa propre boutique Internet officielle aux USA où elle est restée très populaire, mais en Europe, il faut aller en boutique physique ou sur des Sites externes d’horlogers établis : https://www.lepage.fr/montres-homme/marques/longines.html#p=1&gan_data=true

On y trouvera entre 650 et 1500 euros, au moins 70 modèles pour couvrir tous les goûts.

Longines

Rédigé par montres bonnes affaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alexandre 03/01/2019 10:16

J'apprécie cette marque pour son esthétisme certain. Par contre, ayant offert un modèle automatique à mon épouse il y a quelques années, la précision est loin d'être au rendez-vous. Mouvement mal réglé ou bien de mauvaise qualité ? Expérience plutôt décevante dans cette gamme de prix. Conseil: faire vérifier la précision si possible avant d'acheter.

montres bonnes affaires 03/01/2019 10:40

Vos impressions Alexandre, sont la preuve que rien n'est parfait en horlogerie. On remarque en effet des précisions aléatoires sur des montres de marque. Est-ce dû aux influences atmosphériques, à l'entreposage pas toujours dans de bonnes conditions ou aux manipulations diverses ? Il est certain que rien ne vaut (pour les puristes, ou ceux qui attachent de l'importance à une "certaine" justesse), de faire régler sa montre chez un horloger compétent et dans les règles de l'art. Il ne faut pas non plus négliger les risques de magnétisation assez fréquents sur les modèles non protégés à la fabrication.
Sans doute, seules les marques de grand luxe qui ne laissent rien sortir sans un contrôle extrêmement pointu peuvent nous préserver de ces problèmes… et encore !
C'est le charme du mécanique !

Gaetano 19/01/2017 12:34

Article très intéréssant, comme d'habitude.
À propos des collaborations que vous citez, je crois savoir qu'en fût une avec Omega qui donna naissance à la Seamaster pour cette dernière, et à la Seastar pour Longines (dont j'ai une belle exemplaire). J'en connais pas la date, par contre; je pense dans les années '60, mais c'est une simple supposition.

Cordialement

montres bonnes affaires 19/01/2017 16:24

Je pense que concernant la Longines, il faudrait parler de la "Conquest" - On les compare parfois !
Pour la Seastar, c'est plutôt Tissot !
Mais les pièces similaires et les collaborations sont très complexes !