Pequignet

Publié le 1 Décembre 2014

    Pequignet1

La vieille tradition horlogère française n’a pas totalement disparue. On parle là d’authentiques manufactures, dont Pequignet reste la seule représentante et le fleuron de notre savoir faire hexagonal. Il était difficile d’en parler ici, car la conception des calibres maison et la finition apportée aux garde-temps plaçait cette belle entreprise dans une gamme nettement supérieure à celle dont nous parlons habituellement. Cependant Noël qui réveille les papilles de nos amateurs de belle horlogerie, nous donne l’occasion d’élargir nos vues sur les réalisations de cette maison. En effet les séries Moorea (nouvelles moutures)  tout nouvellement introduites, nous permettent enfin de songer à acquérir un de ces très beaux objets, formidablement conçus, mais à présent accessibles pour nos bourses dégarnies.

 

La maison Pequignet existe depuis 1973. Emile Pequignet, horloger hors pair depuis l’âge de 16 ans, est à son origine. En s’installant ses ateliers à Morteau dans le jura français, il a pérennisé le savoir faire local, puis après avoir fait grandir sa passion pendant 30 ans, il a pris sa retraite en 2000.

Didier Leibundgut (que j’ai rencontré au salon de Paris) et qui reprend l’entreprise, décide alors dès 2004, de porter la maison vers la haute horlogerie. Ce sera la création d’un laboratoire en 2006, puis le premier fameux « Calibre Royal » en 2011.

La Recherche et Développement a durement lesté l’entreprise. Les ventes ont du mal à assurer sa survie, c’est alors que les repreneurs français de l’entreprise américaine LaCie, spécialisée dans le stockage informatique, décident de poursuivre les efforts. L’ancien directeur de cette société, Laurent Katz est placé à sa tête en tant que CEO où il poursuit le développement. L’année 2014 va alors atteindre 5000 ventes.Pequignet6 Pour notre bonheur, Pequignet va développer une gamme plus abordable de garde-temps, où les prix moyens avoisinaient jusqu’alors les 7000 euros. Il est vrai que nous étions en présence de ponts et platines perlés, colimaçonnés et garnis de côtes de Genève. L’extraordinaire technicité du Calibre Royal achevait cette excellence poussée par des bracelets en alligator, laissant nos espoirs de porter une Pequignet dans le fond de notre bourse. La Manufacture décide donc en 2014, de commercialiser la gamme Moorea. Quatre séries de montres de haute volée, mus par des mécanismes Seiko SII NH35 (qui n’ont rien à envier aux fameux ETA 2824.2) ou pour l’une d’entre elles, d’un calibre quartz d’origine suisse. Quel plaisir alors de porter enfin une Pequignet à moins de 1000 euros !  link  

 

Pequignet5 Pequignet2  Pequignet3

Après bien des difficultés et un dépôt de bilan en 2016, Pequignet est de nouveau dans la course. En effet, un collectif regroupant 4 membres de l'équipe vient de reprendre l'entreprise début 2017, sous la direction de l'un d'entre eux : Dani Royer. Une grande partie des emplois sont préservés et la marque reste dans son berceau à Morteau.

Rédigé par montres bonnes affaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Spartakus 23/04/2016 10:33

La gamme Moorea est bien antérieure puisque j'ai acheté 2 montres de cette gamme en ...1981 ( homme et femme) fond noir pour le modèle homme et fond champagne pour le modèle femme.En fait, c'était les premières montres qui ont vraiment fait connaitre la marque ( affiches 5x4 dans les rues pour la pub)J'ai légué la mienne à mon fils il y a 2 ans et les 2 montres fonctionnent toujours très bien 34 ans après ( avec plongée en piscine et à la mer par 5m)Aucun problème!

montres bonnes affaires 23/04/2016 22:43

Oui, vous avez raison, je pensais avoir été clair. La nouvelle mouture comporte des calibres japonais, contrairement à celles de de 1981 (calibres ETA).

jean 17/03/2015 13:01

effectivement le modèle RANELAGH est pour moi le top, le prix étant inférieur à 1000€ contrairement au modèle ROYAL GRAND SPORT à 7500€
sur millebijouxparis.com il y à des promotions sur les modèles Moorea