Publié le 16 Décembre 2017

Quel niveau de confiance devons-nous avoir envers les fabricants de montres ?

Nous vivons une époque où toutes les notions de sérieux véhiculées par les marques établies sont mises à mal. Est-ce la faute au Marketing qui se satisfait parfois de vérités fabriquées, des accords commerciaux qui obligent au partage des profits ou de la concurrence féroce nécessitants des choix stratégiques en dépit de l’intérêt du consommateur ? 

 

Les rumeurs qui ont d’habitude la peau dure sont aussi amplifiées par les phénomènes plutôt modernes des fausses nouvelles et des canulars qui provoquent les plus grands dommages.

Il suffit de quelques commentaires malhonnêtes repris en boucle par d’autres sources d’information pour détruire la notoriété d’une personne ou d’une marque ; au point que l’on voit de plus en plus d’organismes (journalistiques ou lanceurs d’alerte) analyser en profondeur les faits pour rétablir la vérité avec des éléments concrets, croisés et vérifiables.

 

Le souci vient de la fréquence et de la multiplicité des attaques qui dans le temps entretiennent la mauvaise image, d’autant que pour de nombreux cas, les allégations sont fondées, ce qui rend d’autant plus difficile le partage « entre le grain et l’ivraie », comme le dit une ancienne citation.

 

Quelles armes possédons-nous ? De quels moyens disposons-nous pour être sûrs de faire une acquisition pertinente ?

 

Tout au long de ce Blog, je vous donne quelques moyens, je rétablie l’origine historique de certaines marques ou de certains types de produits… Mais le sujet est vaste et, comme beaucoup de ceux qui se battent pour une économie durable et équilibrée, je ne peux aborder les sujets de manière exhaustive.

 

J’aimerais, au-delà des conseils qu’avec bien d’autres nous partageons avec vous, les consommateurs – Vous donner une règle très générale. Elle vous sera d’autant plus utile que nous traversons une période d’achats un peu frénétiques en cette fin d’année 2017. 

 

Pensez avant tout au bon sens !

 

Souvenez-vous d’autres dictons comme celui qui dit « La mariée était trop belle », Méfiez-vous de l’eau qui dort », ou plus concrètement : « Comparez avant d’acheter », « Ne vous fiez pas à votre seule envie », « N’écoutez pas les trop beaux slogans », « Adressez-vous à l’Artisan plutôt qu’à ses débiteurs »…

 

Et aussi :

 

Ø  Regardez l’histoire de la marque

Ø  Recherchez la continuité de l’information diffusée dans le temps

Ø  Assurez-vous qu’il existe physiquement une adresse (et un Site Internet) pour une marque donnée

Ø  Une Marque est gérée par des hommes, vous devez pouvoir trouver le nom de ceux qui la dirigent

Ø  Regardez si certains modèles de montres sont diffusés par d’autres marques, sous d’autres noms

Ø  Assurez-vous que les prix de vente soient cohérents par rapport au marché, à l’origine géographique ou aux composants utilisés. Aucune remise de plus de 50% n’est réaliste !

Ø  Il ne doit y avoir aucune équivoque sur la réalité d’un Service Après Vente digne de ce nom

Ø  Evitez les marques qui ne sont que l’expression d’une volonté de proposer des accessoires à une Enseigne non spécialisée dans l’Horlogerie

Ø  Ne vous persuadez pas que vous aurez malgré tout de la chance en achetant une montre qui est remise en cause par tout le monde

Ø  Et surtout, Ne vous plaignez pas sur les forums de « vous être faits avoir » alors que vous n’avez suivi aucun de ces conseils !

Voir les commentaires

Publié le 2 Décembre 2017

Montres contrefaites, après les répliques et les hommages, voici les clones !

On ne vous apprendra plus grand-chose sur le phénomène que les anglo-saxons nomment « replicas » Il s’agit d’un sport national (dans certains pays), que le monde horloger par ses diverses actions, a bien du mal en endiguer.

Quand on ferme un distributeur de montres contrefaites, il s’en ouvre deux. Il n’y a guère qu’une législation internationale qui pourrait mettre un terme à ce fléau… mais nous interférerions avec la sacro sainte liberté du commerce… alors !

 

Récemment on s’en est pris également aux « montres hommage », celles qui nous rappellent à moindre coût, l’inventivité et l’industrie de certains de nos créateurs d’horlogerie. Ca ressemble à… mais pas tout à fait…, histoire de faire comprendre qu’on apprécie ! Et de se faire un peu de fric, même si ces garde-temps sont bien moins chers à fabriquer, fussent-ils moins performants !  On rend hommage, on ne va pas nous le reprocher, non ?

Montres contrefaites, après les répliques et les hommages, voici les clones !

Alors, on diversifie. Les boutiques qui elles-mêmes vendent ces nouveaux produits nous le disent : ce sont des clones !

La définition du dictionnaire nous dit « copie en tous points identiques » ! Nous allons voir que ce n’est pas tout à fait le cas, mais comme je ne vais pas inventer un nouveau terme plus approprié à notre démonstration, disons que l’on va s’en contenter.

 

On voit en effet fleurir depuis quelques mois, une nouvelle variété de montres contrefaites. Elles sont vendues par des boutiques qui ont pignon sur rue et qui semblent pour le moment ignorées par la profession. Et pour cause, elles ne reprennent pas le nom de la marque d’origine. Personnellement, je pense que les fabricants des répliques de montres avec nom se diversifient pour contrer la vigilance toujours plus grande des services douaniers. Ils vont jusqu’à l’écrire dans les conditions d’expéditions : « Si notre envoi est bloqué par la Douane, faîtes le nous savoir, nous débloquerons très rapidement ». Mais diable en faisant quoi ? Et bien ces montres coûtant entre 10 et 40 euros en moyenne (on dépasse rarement les 80 pour les automatiques) et ne portant aucune marque de fabricants (non vraiment aucune…) personne ne pourra vous dire que ce sont des contrefaçons, non mais !

Montres contrefaites, après les répliques et les hommages, voici les clones !

Sauf qu’il y a des nuances et des exceptions ! Les champions toutes catégories demeurant les copies de Rolex, Omega et Hublot, mais il y a aussi des IWC, des Cartier, des Breitling, des Tag Heuer et des Panerai. Finalement on peut suivre cette nouvelle filière pour toutes les marques de luxe (j’ai repéré des copies de Baume et Mercier !). Mais qui qui fabrique ces produits ? Et bien les mêmes que ceux qui y ajoutent le nom… sauf qu’ainsi on touche tellement plus de monde, Pensez donc 20 euros en moyenne la montre !... et plus besoin de se cacher : On les trouve chez Wish et chez DHgate.

Certains diront ici : « Si c’est chez eux, ce n’est pas de la contrefaçon… Alibaba ne s’y risquerait pas, par exemple ! ».

 

Sauf que oui ! 

Montres contrefaites, après les répliques et les hommages, voici les clones !

Le pire c’est que, parce qu’ils sont moins connus, on peut se permettre de laisser quelques noms sur les cadrans en passant, comme Nomos, Seven Friday, Emporio Armani ou Masserati… Ces montres sont équipées de calibre Quartz, ce n’est pas si grave !

Mais sur les montres sans marques qui ressemblent à s’y méprendre aux vraies et qui n’ont plus de nom, on laisse quand même quelques mentions, du genre « Oyster perpetual ou superlative chronometer officially certified, ou même Cellini, en passant par des co-axial et autres mentions sans équivoque ».

Le plus grave étant qu’elles ont bien toutes le Swiss Made imprimé à 6 heures !

Montres contrefaites, après les répliques et les hommages, voici les clones !

Ce qui m’interpelle le plus, dans cette pratique, c’est la finalité. Si on comprend bien que l’acheteur d’une copie qui porte le nom de la vraie a envie de se faire plaisir à moindre coût sans pour autant attirer l’attention, quelle est la raison d’achat du Quidam qui va avoir la même sans nom ? Faire illusion pendant…2 minutes, faire une farce ? Quel est l’intérêt d’acheter une telle montre ?

 

Je n’ai pas les statistiques exactes, mais soyez surpris, vous êtes très nombreux à faire un tel achat ! Phénomène de société, abrutissement général, amour du bling bling ? Je n’ai pas de mots pour définir une telle stupidité. Mais pardonnez moi, acheteurs de telles montres, je suis peut-être en train de vous injurier !

Montres contrefaites, après les répliques et les hommages, voici les clones !

Voir les commentaires

Publié le 16 Novembre 2017

Venus Meca Genesis Homme

Venus Meca Genesis Homme

Quand on évoque la marque « Venus », on pense invariablement à cette époque reculée où la Société Suisse Venus Ebauches SA – en pleine crise initiée par l’avènement du Quartz – vendit ses machines outils à la Chine pour développer un concept plus économique. Nous étions en 1963 et ce grand pays en était encore aux balbutiements horlogers.

Seagull, bénéficiaire de ces trésors en profita pour produire (entre autres) un clone de l’excellent calibre Venus 175, encore fabriqué aujourd’hui sous le code ST19 et ses dérivés. Il s’agissait de l’une des plus importantes inventions horlogères (roue à colonnes) que Venus aie fabriqué depuis 1930 et qui motiva nombres d’évolutions pour une infinité de marques inspirées par les montres chronographes, avec une précision pour l’époque d’1/5e de seconde.

Calibres Premier Venus 17 et Seagull ST19

Calibres Premier Venus 17 et Seagull ST19

L’histoire de la marque Venus comme beaucoup d’autres, est passée de phases euphoriques de création et de réussite à des phases de difficultés, qui sonnèrent progressivement le glas de l’entreprise. Tout avait commencé en 1902 à La Chaux-de-Fonds grâce au Maître Artisan Paul Arthur Schwarz et son épouse !

En 2011, un homme d’affaires Grec déjà très expérimenté dans le domaine de l’horlogerie trouva le moyen de faire renaître la marque sous le nom de Montres Venus SA. Nikos Patseas implanta l’entreprise en Suisse à Genève, afin de proposer des garde-temps dans la plus pure tradition Swiss Made.

Venus Quartz Classico et Impetus pour Femmes

Venus Quartz Classico et Impetus pour Femmes

Forte de plusieurs collections pour ces messieurs comme pour ces dames, la marque renoue avec l’excellence. Ces produits modernes et irréprochables (5 collections) sont animés par des mécanismes automatiques (ETA Valjoux 7750, ETA 2824-2 ou squelettes S-Tech IT 10) et des calibres Quartz de chez Ronda (515, 715, 763 ou 5030). http://www.montresvenus.com/

Venus Meca 44mm Genesis pour Homme

Venus Meca 44mm Genesis pour Homme

La plupart des montres possèdent des verres saphir et des étanchéités conséquentes. L’ensemble des prestations traditionnelles (qualité des bracelets, traitements de surfaces) renoue cependant avec la créativité et l’innovation. La boutique Internet maison va jusqu’à vous proposer une grandeur de bracelet sur mesure. Les montres sont livrées gratuitement sur notre Continent sans frais de douane grâce à une plateforme européenne qui intègre déjà les taxes. Les prix vont de 450 euros à 1500 euros pour la plupart des modèles. Seules quelques montres avec Valjoux 7750 peuvent légèrement dépasser les 3000 euros. 

Venus Chroma Impetus et Slim
Venus Chroma Impetus et Slim
Venus Chroma Impetus et Slim

Venus Chroma Impetus et Slim

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 7 Novembre 2017

UNDONE Urban Killy

UNDONE Urban Killy

Cet article va inaugurer une nouvelle série sur MBA : Les découvertes !

Ce sont des marques souvent récentes et parfois originales dans leur façon d’appréhender l’horlogerie. Nous allons candidement vous les présenter, mais si vous décidez de les acquérir, vous ne bénéficierez peut être pas toujours de méthodes classiques, pratiques ou simplement en langue française. Vous trouverez dans ces garde-temps, de l’audace et de la fantaisie, souvent de la personnalité et de l’exotisme, mais cela restera une « présentation » sans garantie de qualité ultime, les fabricants n’ayant pas été contactés. Cependant, si nous avons choisi de vous en parler, c’est que nous avons pu détecter (grâce à notre travail consciencieux), des caractéristiques suffisantes et intéressantes.

UNDONE Urban Moderne Orange avec le calibre SII Seiko VK61

UNDONE Urban Moderne Orange avec le calibre SII Seiko VK61

La marque Undone pourrait nous faire penser à quelque chose qui n’est ni achevé, ni à poursuivre, mais il s’agit d’un choix linguistique simplement appelé à attirer notre attention.

La marque Hongkongaise créée par Michael Young, un horloger de longue date propose des montres bien finies et résolument innovantes dans leur emballage « vintage ».

C’est d’ailleurs l’essentiel de leur originalité : des apparences très années 60 avec des verres à dôme qui embarquent des calibres Seiko, dont le très bon mécanique NH35A. Le VK61 créé par SII (Seiko) avec une particularité hybride, fait moins l’unanimité en raison de sa conception très « plastique ».

UNDONE Urban Navi 40mm

UNDONE Urban Navi 40mm

Il développe cependant une activité Quartz pour le fonctionnement de la montre, tandis que la fonction chronomètre est assurée par sa partie mécanique.

Quelques modèles classiques existent depuis un certain temps dans la collection « Urban » et bientôt dans une très belle réalisation « Mystique » prévue pour fin novembre 2017 afin de nous faire voyager autour des planètes du système solaire.

La série « Aqua » avec une étanchéité à 300m complète la collection que nous avons trouvée très belle !

UNDONE Aqua Silver 45mm

UNDONE Aqua Silver 45mm

Vous avez le choix pour les bracelets, du cordura (tissu tresssé) en passant par le cuir et le caoutchouc. De bonne facture comme l’ensemble des prestations.

L’originalité de la collection réside aussi dans cette capacité que le fabricant vous donne, de choisir tous les éléments séparément afin de composer « votre montre personnalisée » et de la faire graver au besoin. Les prix relativement raisonnables vont de 250 $ à 350 $ et ce ne sont que les personnalisations qui pourront les faire grimper à 500 $.

Résolument à découvrir : https://www.undone.watch 

UNDONE Mystique 40mm

UNDONE Mystique 40mm

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié dans #Découvertes

Publié le 4 Novembre 2017

Mathieu Legrand, Quartz, Swiss Made, Ref. 2649082

Mathieu Legrand, Quartz, Swiss Made, Ref. 2649082

Plusieurs marques de garde-temps considérées de milieu de gamme sont répertoriées dans notre liste noire, c'est-à-dire la liste des marques présentant régulièrement des problèmes techniques, des soucis de prix de vente ou de qualité globale.

 

De nombreux articles sur MBA vous expliquent les origines, les regroupements, et les circuits de distribution manquant parfois de transparence.

Nous vous avons souvent mis en garde contre les montres dites sino-germaniques qui sous couvert d’un beau discours ou de photos flatteuses vous incitent à acquérir des produits de moindre qualité.

 

Laissez-nous vous montrer un autre sujet en l’illustrant.

Celui des montres « marquées » Swiss Made qui utilisent le même genre de circuit :

 

Nous n’avons jamais sur ce Blog, fait de dénigrement et, tous les sujets que nous abordons sont clairs, vérifiables et ne démontrent que la stricte vérité. Notre objectif avec cet article est de vous mettre en garde, non sur la qualité (ce que vous pourrez vérifier vous-même sur les forums), mais sur le prix !

Où on vous dit la vérité sur certains prix horlogers !

Le Groupe Chronos qui distribue les marques André Belfort, Chrono Diamond, Hindenberg, Mathieu Legrand, Mathis Montabon et Richtenburg, porte le nom flatteur de « Manufacture ».

 

Comme vous le savez, ce terme désigne une marque ou un groupe de marques qui réalisent eux-mêmes la totalité des composants de leurs montres.  Même s’il s’agit en l’occurrence d’un terme « commercial », le mot Manufacture a une consonance extrêmement sérieuse dans le métier et on évite en général de jouer avec les termes. Je ne détaillerai pas les composants des montres distribuées par les marques de ce groupe, mais vous aviez compris que ce n’est ni une manufacture globale, ni une manufacture spécifique.

Jusqu'à 85% de réduction sur certains modèles !

Jusqu'à 85% de réduction sur certains modèles !

> Parlons de l’une d’entre-elles : Mathieu Legrand.

 

Nous ne mettrons pas en doute la fabrication suisse de ces garde-temps, car de très nombreux ateliers et une infinité d’usines ou de marques mettent à la disposition de ceux qui souhaitent distribuer leur propre marque, des facilités techniques et logistiques (qui d’ailleurs font honneur au savoir faire suisse). Donc probablement : Un atelier suisse respectant les conditions de la procédure Swiss Made pour fabriquer des montres de relative bonne qualité pour la marque Mathieu Legrand. La marque possède un Site Internet, se réclame du groupe (Manufactures Chronos) et possède un service commercial et un suivi de qualité.

 

Cependant…! Les montres de cette marque comme les autres du groupe, vendent régulièrement leurs produits sur les sites de Vente Privée à des prix cassés. On accepte bien que les collections des années précédentes – pour pouvoir être écoulées sans trop de pertes – soient vendues à moindre coût. Mais tout le monde vous le dit depuis des années : Une réduction acceptable ne devrait pas dépasser 30% et une exceptionnelle : 50%. En aucun cas, ni 70, ni 95% ! Surtout à une époque où les grandes marques rechignent même à faire la moindre remise dans les boutiques physiques (sur Internet, c’est une autre histoire !).

 

Alors, 83% de remise est-ce bien raisonnable ?

Où on vous dit la vérité sur certains prix horlogers !

> Faisons le point : Une montre Swiss Made en acier 316L, avec un calibre Quartz fabriqué en Suisse, un verre saphir et un bracelet de qualité, combien cela devrait-il coûter ?

 

Regardons les marques traditionnelles suisses de milieu de gamme :

 

J’ai fait une étude sur environ 10 marques connues, les prix des garde-temps avec les mêmes composants vont de 250 à 450 euros. Nous dirons donc une moyenne de 350 euros !

 

Je ne vous le détaillerai pas, mais on connaît parfaitement le prix des composants pièce par pièce. Notamment le calibre Quartz suisse, qui même d’une qualité supérieure ne dépassera pas les 80 euros, la moyenne se situant dans les 40 à 50 euros.

Calibre Quartz ETA F07.111, Prix moyen : 45,00 €

Calibre Quartz ETA F07.111, Prix moyen : 45,00 €

Que nous dit Mathieu Legrand au sujet des prix sur son Site Internet et que nous disent les Ventes Privées ? Un exemple, le modèle classique 2649082 (voir 4ème illustation) = 264 euros au lieu de 1579 euros, soit effectivement 83% de remise !

 

De mon côté, je ne dirai qu’une chose : à 1579 euros, nous trouvons des modèles mécaniques de très haute tenue dans une infinité de marques suisses, allemandes ou japonaises et j’imagine quelques fondateurs de ces marques en train de se retourner dans leur tombe !

 

Ce modèle 2649082, fût-il de très haute tenue, il ne devrait coûter que 350 euros en moyenne. Nous savons vous et moi que ce n’est pas le cas et donc 264 euros est un prix normal, rien de plus.

 

De qui se moque-t-on ?

Inscrivez-vous à la newsletter de Montres Bonnes Affaires sur le TOP 100 MONTRES !

cliquez sur l'image pour vous inscrire

 

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 7 Octobre 2017

Les Montres en céramique, ce qu’il faut savoir !

L’objet de cet article n’est pas de vous délivrer un « Précis » exhaustif sur le sujet, mais de partager quelques éléments de compréhension. Paradoxalement, ce n’est d’ailleurs pas le matériau en lui-même qui semble fasciner ses adeptes, mais la précision d’assemblage qui offre au propriétaire d’une telle montre, une expérience assez unique.

 

Historiquement on attribue à Bernard Palissy (1530), la formule de la céramique moderne : N’ayant réussi à percer le mystère de la faïence chinoise, il s’ingénia à recréer un produit technique d’une grande pureté. C’est la marque Rado qui produisit en 1986 la première montre céramique techniquement parfaite.  IWC s’engouffra aussi dans la production de ce nouveau matériau, bientôt suivi par plusieurs grandes marques qui produisent toujours de telles montres. On peut citer Rolex, Hublot, Chanel, Longines, Raymond Weil, Versace, Jeager Lecoultre, Panerai et quelques autres. La perfection de leurs créations porte le prix de leurs garde-temps à des sommets.

 

Pour faire simple, la cramique horlogère est produite en assemblant des poudres d’oxydes divers, dont essentiellement l’oxyde de zirconium et de les compresser à 2000 bars. Il suffit ensuite de porter le bloc obtenu à 2000 degrés. Ce matériau extrêmement solide et proche de la dureté absolue,  reste cassant comme le verre en raison de son manque évident d’élasticité. Cependant pour de petits objets comme les garde-temps, les risques sont faibles de voir votre montre exploser au moindre choc. L’usinage d’un tel matériau fini requiert un savoir faire très élaboré, mais produit une pièce d’une telle précision que les assemblages d’une grande pureté sont très appréciés.

Les Montres en céramique, ce qu’il faut savoir !

Rado encore une fois, spécialiste de la montre céramique s’est fait le champion de l’élégance et de la pureté des lignes jusqu’à nos jours et propose des modèles à des prix très variables, au point qu’il reste assez difficile de placer ses productions définitivement dans la catégorie des montres de luxe ou celle de milieu de gamme. Cette dernière catégorie dont les prix demeurent les plus abordables comprend aujourd’hui une infinité de marques. Il est difficile de les nommer toutes, car il faudrait explorer l’ensemble des catalogues, mais pour les plus connues, nous pouvons citer dans le désordre (pour ne pas définir de valeur) :

 

Festina, Gant, Braun, Ebel, Technomarine, Sector, Cerruti, Pierre Lannier, Hugo Boss, Hanowa, GC, Naf Naf, Jacques Lemans, Bering, Morellatto, Lacoste, Boccia, Grovana, Guess, Rodania, Emporio Armani, Lotus, Dugena, Michel Herbelin, Danish Design, Bulova, Movado, Pulsar

 

Ces marques sérieuses nous rappellent cependant qu’associées particulièrement à la céramique, quelques productions attirent davantage notre attention : Evidemment Rado, mais aussi Braun, Bering, Boccia, Movado et Danish Design qui présentent le plus souvent de tels types de montres.

 

Il faut à ce point différencier les marques qui n’offrent que des montres à bracelet céramique et celles qui proposent ce matériau pour l’ensemble du garde-temps. Ce détail est particulièrement important pour les clients qui souffrant de sensibilités à certains matériaux, privilégient la céramique pour ses qualités anallergiques. Dans la liste des marques qui fabriquent des montres entièrement en céramique (boîtier et bracelet), on note : Rado, Ebel, Technomarine, Jacques Lemans, Emporio Armani, Dugena et Boccia, mais il y en a d’autres !

Les Montres en céramique, ce qu’il faut savoir !

La perfection de la finition laisse cependant souvent imaginer que ces montres sont particulièrement étanches. C’est un fait : il n’en n’est rien, car la plupart des fabricants ne dépassent pas 5 ATM, alors que pour un simple bain en piscine, il est requis un minimum de 10 ATM.

Ainsi Rado qui commercialise certains de ses produits à des prix très élevés, se positionne entre 3 et 5 ATM. Il faut dans le milieu de gamme se porter sur Jacques Lemans  (10 ATM) ou Technomarine (20 ATM).

 

Il existe un certain nombre de fabricants qui vendent quelques modèles de leurs montres céramiques à des prix injustifiés, comme Vivienne Westwood, André Belfort, Glam Rock ou 88 Rue du Rhône, mais aussi quelques autres qui n’ont de céramique que le nom, car leurs produits vendus entre 1 et 10 euros ne pourraient simplement pas être construits. Ce sont des marques assez marginales (Oumossi, Overdose, Barbie, Souarts, Miss Sixty ou Louise Pearl). Il convient de passer son chemin !

Les Montres en céramique, ce qu’il faut savoir !

Pour le reste, un grand nombre de marques réellement faites en céramique (du moins le bracelet) se placent dans la catégorie standard :

 

Nixon, Peugeot, Swiss Legend, Swiss Eagle et Davis (qui cependant proposent du tout céramique), Stella Maris, Anne Klein, IIK, Burgi, Storm, Yves Carmani, Stuhrling original, Trumirr, Ophelia, Time 100, Feoya, Moog, Binlun, Timothy Stone, Thomas Sabo, Burei, Akribos 23, Opex, DKNY, Kenneth Cole, Thierry Mugler, Johansson, Burgmeister, Pierre Petit, Carucci, Guanqin, Invicta, Philip Watch

 

L’objet de cette dernière série n’est pas de classer celles qui sont réellement sérieuses ou non, car dans l’achat d’une montre céramique, il vaudra mieux se concentrer sur le milieu de gamme pour garantir une durée de vie et un fonctionnement sans soucis ; mais il était important de connaître la plupart de ceux qui sont présent dans ce matériau : la céramique !

 

Alors, c’est à vous ! Choisissez bien !

Voir les commentaires

Publié le 18 Septembre 2017

Reef Tiger, la mystification !

Souvent les chinois utilisent le nom du tigre dans leurs produits locaux.

标万金 (le baume du Tigre est un onguent de la pharmacopée chinoise datant du XIX ème siècle). Il s’agit d’un animal généralement prisé par les Asiatiques et que l’on retrouve dans de nombreuses marques… Naturellement l’usage du tigre dans une marque de produit fait ainsi penser à l’Asie !

 

Reef Tiger pourtant, ne signifie pas le tigre du récif ! Mais est bien présenté comme l’association de deux personnages portant les noms du Suisse Stéphane REEF et du Britannique Leandro TIGER. Il est extrêmement difficile de vérifier la réalité de leur existence aux alentours de 1898, époque à laquelle, leur association a conduit à la création de la marque. Les recherches approfondies depuis des mois n’ont mis en évidence aucune montre vintage portant le nom de Reef Tiger.

 

L’historique de la marque pointe les difficultés que la manufacture aurait rencontrées pendant la période de la première guerre mondiale, ce qui aurait poussé Severin TIGER le fils de Leandro à se retirer de l’aventure, pendant que les REEF tentaient de s’adapter à l’éveil du Quartz. Ce n’est qu’en 1995 que les descendants de la cinquième génération (toujours amis) auraient décidé de faire renaître la Compagnie. Michae REEF et Audrey TIGER sont alors cités !

 

Malheureusement, pas plus que le nom des fondateurs, ceux des générations suivantes, ne sont connus ou reconnus par la profession ! Et cette très belle histoire est difficilement vérifiable.

Atelier de Reff Tiger ou d'Elgin ?

Atelier de Reff Tiger ou d'Elgin ?

Comme les grandes marques Suisses, Reef Tiger a largement usé de présentation historique pour asseoir ses origines et pérenniser la marque. Malheureusement, une analyse approfondie de leur présentation laisse apparaître des anomalies qui sèment la confusion dans l’esprit des historiens de l’horlogerie.

En effet, dans leur historique, on retrouve la photo d’un ancien atelier de fabrication de montres, qui sans être présenté comme celui de la marque, le laisse imaginer. Beaucoup de photos de cette époque sont dans le domaine public et on ne peut accuser l’entreprise de plagiat. Cependant, on remarque le même cliché dans la présentation historique de la marque américaine ELGIN.

Ce pourrait être un détail, si le cliché de l’un des personnages anciens également présenté plus loin se révèle être celui de Sir Arthur Conan DOYLE (1859-1930), le créateur du personnage de Sherlook HOLMES !... et non celui de l’un des membres des lignées prestigieuses des fondateurs.

Mr Reef, Mr Tiger ou Sir Arthur Conan Doyle ?

Mr Reef, Mr Tiger ou Sir Arthur Conan Doyle ?

Reef Tiger possède un Site Internet et quand on l’étudie avec attention, on remarque des références hétéroclites aux représentations Américaines, Allemandes ou Britanniques. La marque possède une large implantation dans le monde. Beaucoup d’adresses physiques sont indiquées, sans qu’à aucun moment on ne distingue l’emplacement de la maison mère. Il est par exemple cité le Groupe YIMI Trade Co Ltd à Guangzhou en Chine, mais ce peut être un distributeur, car un tel groupe n’existe pas dans ce domaine. La seule référence de fabrication indique que les montres Master Séries sont fabriquées à Grenchen (Suisse) – Ce qui est matériellement impossible, car au lieu de porter la mention Swiss Tech (comme c’est le cas), elle devrait fièrement arborer la mention Swiss Made !

 

Les calibres qui équipent ces garde-temps ne font aucune référence à des modules de fabrication suisse, mais à des références internes. La marque n’est pas une Manufacture dans le sens strict du terme !

Des certifications réelles, Swiss Made, Croix Suisse, COSC ?

Des certifications réelles, Swiss Made, Croix Suisse, COSC ?

C’est ainsi que l’on remarque des références incessantes à la technologie Suisse, utilisant parfois la croix blanche dans un carré rouge (emblème strictement réservé au Swiss Made avec des clauses restrictives) ou à la certification COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres)… Certification impitoyable qui apparaît sur environ 3% des montres suisses. La règle numéro 1 indique que le déposant doit être une marque Suisse inscrite auprès d’un  Institut National de Propriété Intellectuelle, quand la règle 2 oblige à l’origine Swiss Made du mouvement. En 2011, par exemple, 52 marques Suisses ont déposé une demande. Il y a eu 5,8% d’échecs !

Reef Tiger, la mystification !

Tout le monde sait qu’une marque détenant le Swiss Made ou la Certification COSC sera fière de l’arborer sur son Site, mais les marques sont toutes enregistrées auprès de la Fédération de l’Industrie Horlogère Suisse. Il est donc très facile de le vérifier !

 

Les montres Reef Tiger qui sont vendues sur AMAZON ou ALIEXPRESS se situent dans une catégorie de prix qui va de 90 a 290 euros, et donc à des prix conformes à la concurrence chinoise qui se réclame de qualité supérieure. Sur le site maison, on atteint les 500 euros pour les Master Series. A ce prix, on assure un acier supérieur, des verres saphir et un assemblage soigné. Mais qu’en est-il vraiment ? On sait que des marques comme Arbutus, assemblées à Hong Kong, atteignent ces qualités, mais celles-ci, comme les excellentes marques Japonaises, Seiko, Citizen ou Orient les dépassent pour des prix inférieurs.

Mention "Swiss Tech"

Mention "Swiss Tech"

Je suis personnellement chagriné par la référence aux séries supérieures d’Orient (Orient Star) ou Seiko (Grand Seiko) qui pousse le vice à imiter les polices de caractère, avec la série Grand Reef.  

 

Nous avons donc là un très bel exemple de ce qui peut être fait pour égarer l’acheteur sans jamais clairement affirmer des éléments qui pourraient mettre judiciairement la Société en péril. Nous n’affirmons pas davantage qu’il y ait mensonge parfaitement avéré. Nous apportons un éclairage et des éléments vérifiables. Malheureusement il existe encore trop de marques floues qui surfent sur ce qui ressemble à un Tsunami. Ce Blog a plus que jamais vocation à vous alerter : ne succombez pas au chant des sirènes. Elles seront elles aussi un jour emportées par les grandes vagues !  

Reef Tiger, la mystification !

Voir les commentaires

Publié le 10 Juin 2017

JAZ 3003 Automatique - 219 €

JAZ 3003 Automatique - 219 €

A une époque où les smartphones et les radio-réveils prennent soin de notre réinitialisation à l’aurore, nous avons un peu oublié le charme des réveils-matin qui trônaient sur notre table de nuit !

Ces petites sonneries ont accompagné pour certains les réveils de leur enfance, marquant définitivement une époque. Ceux-là se souviennent des trois lettres tracées sur les cadrans : JAZ !

Tant de ces petites horloges ont envahi nos maisons. Ce que l’on sait moins, c’est que la CIMH marque française fondée à Paris en 1919 par Louis Benel et Louis Gustave Brandt (oui, oui, le descendant du fondateur d’Omega !), prendra définitivement le nom de JAZ en 1948.

JAZ 3003 Quartz Datic - 99 €  et  JAZ Symetric Quartz - 63,20 €

JAZ 3003 Quartz Datic - 99 € et JAZ Symetric Quartz - 63,20 €

Dès 1957, plus de 20 million de ces petits réveils ont été vendus. En 1970, au moment où la marque détient près de 50% du marché des réveils-matin, elle se lance dans la fabrication de montres-bracelets.

Les garde-temps sont fabriqués avec des calibres France-Ebauches dans le Doubs. C’est une fierté pour l’entreprise et le pays. Dès 1973, la notoriété de la marque atteint plus de 87% dans l’esprit des français. En 1981, un accord avec Seiko voit l’introduction de calibres japonais dans les appareils, mais après être devenue la première marque française d’horlogerie distribuée aux Etats-Unis dans les années 1983, elle voit vite arriver un déclin qui aboutira à la fermeture des usines implantées jusqu’en Alsace. En 1990, tout semble terminé !

JAZ Chrono Quartz, Jazistor et 2002 Phenix - 139, 99 et 110 €

JAZ Chrono Quartz, Jazistor et 2002 Phenix - 139, 99 et 110 €

Après diverses tentatives de sauver l’activité, dont la reprise par Marc Augier (Camel Trophy) dans les années 1997, la marque est finalement redémarée après une quinzaine d’années de dormance.

C’est une société française déjà bien implantée dans l’horlogerie qui décide de relancer l’activité.

En 2016, les montres JAZ sont à nouveau assemblées et testées en France, à Paris dans la plus pure tradition horlogère hexagonale. Pour introduire le marché et malgré les contraintes techniques et financières, les prix sont calculés au plus juste afin de proposer une qualité sérieuse et économique.

Nostalgie oblige, la marque propose des montres aux formes vintage, mais avec une technologie moderne : boîtiers acier, mouvements japonais, verres cloche en acrylique, bracelets cuir. Des projets sont dans les tuyaux, dont la réédition d’une fameuse plongeuse, la J410 de 1969. Ce sera une montre moderne étanche à plus de 40 m comme l’originale, mais testée bien au-delà !

Et pour demeurer dans un véritable « esprit horloger », les techniciens de la marque proposeront bientôt des montres authentiques d’époque entièrement restaurées.

https://www.jazwatch.com/

Vue rapprochée de la 2002 Phenix Quartz - 110 €

Vue rapprochée de la 2002 Phenix Quartz - 110 €

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 7 Juin 2017

Project o Concept

Sans compter sur les métaux précieux, après l’acier, le titane, le carbone ou la céramique, les concepteurs de garde-temps (Cartier, BRM, Richard Mille, Breitling, entre autres) nous proposent pour les boîtiers de montres depuis quelque temps, un nouveau matériau : le polymère ! (polyester, polyamide, polycarbonate, acrylique). Ses qualités intrinsèques confèrent à cette matière des qualités de solidité, de légèreté et de transparence qui lui assurent un développement à considérer.

Project o Concept

Matthieu Keller, un français issu de l’industrie navale et passionné par l’horlogerie a voulu transcender ce concept en proposant une véritable innovation : Son premier projet, la « o1 » est construite dans un matériau transparent sur une base de PolyMethacylate de Méthyle (PMMA) ayant subi divers traitements spécifiques dans sa structure. Cet alliage de plusieurs polymères a demandé huit mois d’études et de tests, afin de proposer différentes épaisseurs dans sa masse. Il s’agit d’une seule pièce auto-polissante qui intègre le verre supérieur, garantie sans dénaturation dans le temps. Le cadran, le support du calibre et le fond sont en polycarbonate afin de permettre le meilleur assemblage possible et une étanchéité de 3 atmosphères.

Une véritable montre Made in France (ce pays où l’on a des idées !) qui intègre un très bon mouvement Miyota 8N24 squelette à remontage automatique avec une réserve de marche de plus de 40 heures.

Project o Concept

La montre de diamètre 44mm, mais très légère (22 gr sans le bracelet) existe en trois nuances : transparent clair, à reflets verts ou noirs. La couronne en acier inoxydable est vissée et le bracelet de qualité en cuir rembourré à grain crocodile est à boucle déployante.

Un produit de qualité original à prix raisonnable, expédié sans frais et qui bénéficie de deux ans de garantie par retour dans l’atelier parisien.

La montre o1 vous est proposée à 595 euros - http://project-o-concept.com/fr

Project o Concept

Un nouveau projet en ce début d'année 2018 !

PROJECT-O-CONCEPT lance une nouvelle montre sur le même concept polymère. Une montre mécanique limitée à 100 pièces, phosphorescente dans la masse !

Retrouvez cette nouvelle montre sur Kickstarter  ICI

Project o Concept

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 21 Mai 2017

Silvana 42Baron Automatique, ETA 2824.2

Silvana 42Baron Automatique, ETA 2824.2

Il est vrai que la Suisse est un fleuron en matière de marques horlogères. Elles ont dans leur grande majorité une réputation de sérieux, de qualité et de fiabilité que les professionnels, comme les utilisateurs auraient du mal à contester, Swiss Made oblige. On y trouve certes la plupart des marques prestigieuses et très chères, mais aussi quelques noms dans le milieu de gamme qui font référence.

J’ai été un peu conforté dans mon analyse quand j’ai constaté que Damian Lavergnat, l’actuel directeur de Silvana, dans un article du journal l’impartial de la Chaux de Fonds (Suisse) en 2015, a défini comme moi les limites de ce milieu de gamme : 350 à 1500 euros !

Cette société horlogère qui a compté 70 employés dès son début, date de 1922, époque où elle a été déposée par Victor Eugène Bahon. Installée à Tramelan, elle a connu des fortunes et des associations diverses, sans jamais renoncer à des créations de valeur.

Dès 1898 pourtant, des montres Silvana avaient commencé à être assemblées, rejoignant à travers les années, les entreprises construisant le savoir faire helvétique. Cependant victime comme beaucoup d’autres de l’arrivée du Quartz.

Aujourd’hui (depuis 2015) revigorée par des hommes d’action et de projet, Silvana AG s’inscrit confortablement dans ce milieu de gamme que nous affectionnons tant, pour ses performances qualité/prix et l’absence de concessions – avec soulignons-le une envie particulière de servir ces dames de plus en plus friandes de belle horlogerie. La fabrication est aujourd’hui confiée à l’un de plus beaux fleurons fédéral (FDH) avec des calibres ETA ou Ronda.

Une belle collection dans laquelle on pourra choisir directement sur le site Silvana, le modèle qui nous plaira le plus et qui nous sera envoyé de Suisse, moyennant au passage les frais de Douane (20%), assurance qualité oblige https://www.silvana.com/fr/. Finalement, pile dans le registre = environ 1000 euros pour le garde temps figurant en illustration de cet article.

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires