Publié le 4 Mars 2017

RSC Watches (English)

RSC for "Ronald Steffen Creations" is a Belgian company located near Antwerp, in the city of Schoten. Ronald Steffen, a Belgian born in Switzerland, already has a long history as a Designer in watch making. He founded the brand STEFFEN (Swiss Made) some time ago, which offers very original and luxurious timepieces. It was his passion for aviation that led him to develop RSC Watches: a brand that was resolutely inspired by the magnificent English aircrafts that made the history of the two World Wars. The objective is to distribute high quality products without compromising on the components. The projects and the assembly of the straps are made in the Belgian workshop of the brand - the watches are offered in small series with for most of them, a guarantee of 3 years. Sometimes massive and large format, they know how to touch the owners of small wrists with diameters of 43 mm. The dials of the RSC Watches are far from being wise: One does not try to seduce the amateurs of classicism! The work of Designer has produced original objects which for once do not attempt to copy the existing. With 316L steel casings, reinforced mineral lenses with solid Miyota tractors, thick and solid leather straps, RSC Watches stand out in the closed circle of aviator watch manufacturers. A hint of history, the profile of a beautiful plane on the dial, it takes no more to seduce amateurs. You will even be provided with a booklet, the history of the aircraft whose watch bears the name: Spitfire, Fokker, Hanriot or Vickers among others!

The prices are extremely reasonable, not seeking to enjoy the originality. They range from 249 € to 359 € according to the Quartz models and diameters up to 48mm - with an automatic model, the P51-Mustang with 875 € (ETA caliber) and is currently under subscription on Kikstarter. All these timepieces will be shipped from Belgium.
https://rscwatches.com/

Good news for 2017: For the same price, all new models have a Swiss caliber and a sapphire Crystal!

 

Article in French here : RSC Watches (french)

Voir les commentaires

Publié le 28 Février 2017

Montre Paul Peugeot Or 1957

Montre Paul Peugeot Or 1957

Tout le monde connaît la famille Peugeot (« Pege Poix », c’est à dire « marchand de poixou de résines et goudrons »).

 

Pour les automobiles françaises, nous en sommes depuis 1810, à la 8ème génération ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Peugeot.

200.000 employés constituent aujourd’hui cette formidable force de réalisation et d’invention. On compte aussi un nombre considérable de collaborateurs portant ce nom, toutes générations confondues, ayant travaillé dans les réalisations de la famille – avec d’ailleurs des séparations bien définies par activités. Depuis les moulins à café jusqu’aux bicyclettes, après avoir démarré par la transformation du moulin familial en aciérie, tout au début du XIXème siècle. On fabriquait alors des lames de scie et (tenez-vous bien), des ressorts pour l’horlogerie !

 

Peugeot aurait-il cependant un jour fabriqué des montres, y a-t-il dans la famille un dénommé Paul ?

 

NON !

Montre publicitaire peugeot

Montre publicitaire peugeot

On peut certainement trouver des montres publicitaires marquées et distribuées par Peugeot automobile, mais elles étaient fabriquées par des entreprises externes et n’ont gardé que peu de valeur.

 

ALORS ?

 

Paul Peugeot, qui est-ce ? Probablement un homonyme ou même un cousin éloigné dont on sait qu’il était installé en Italie du nord dans les années 1957. Son crime : être horloger et fabriquer à la main des montres en or massif ! Très vite la société se développa et certaines fabrications reçurent le label Swiss Made, et cela dès 1970. Des garde-temps de réelle qualité, appréciés et distribués dans le monde entier (re-tenez-vous bien !)… à 10 million d’exemplaires !

 

Il est pourtant assez peu courant de dénicher aujourd’hui des montres dites « vintage » de cette époque avec le logo « PP Peugeot ». Quelques rares modèles or sont encore en circulation sur eBay ou les sites spécialisés.

PP Peugeot plaqué Or, Cristaux de Swarovski

PP Peugeot plaqué Or, Cristaux de Swarovski

L’entreprise des montres Paul Peugeot finit par être rachetée dans les années 78/80 par le Groupe américain Viva Time Corporation, installé à New York, un groupe horloger aux multiples marques, inconnues en Europe (TKO Orologi, Gino Franco, Trax, Timetech, Sesame Street ou Viva qui vient d’être discontinuée). La marque fut alors réorientée dans les années 1982 vers un registre plus proche de la Mode et abandonna les métaux précieux.

Logo Paul Peugeot

Logo Paul Peugeot

Aujourd’hui, les montres Paul Peugeot poursuivent leur développement en Amérique http://www.peugeotwatches.com/, avec un logo très simple, et qui bien que ressemblant au lettrage ancien de la marque automobile, ne revendique aucune filiation. Cependant le doute reste entretenu par certains fournisseurs anglais qui vendent sous l’appellation des « Automobiles Peugeot » quelques modèles à usage promotionnel.

C’est sans doute la raison pour laquelle il n’y a pas de dispute entre les deux familles Peugeot (véhicules et garde-temps).

Montre Peugeot promotionnelle actuelle

Montre Peugeot promotionnelle actuelle

Finalement on retrouve très souvent des marques de montres qui nous font penser aux automobiles, comme Porsche, Chevrolet ou bien des avions comme Messerschmitt… et le flou artistique continue de planer sur les relations entre les deux mondes.

 

Les montres Paul Peugeot sont probablement fabriquées en Asie, avec des mouvements Quartz japonais. La marque américaine reste imprécise sur la production de certains modèles Swiss Made plus élaborés. Je n’en ai pas découvert ! Tout juste trouvons-nous quelques pièces plaquées or embarquant un module Quartz suisse et quelques cristaux de Swarovski.

Montres Quartz Paul Peugeot actuelles

Montres Quartz Paul Peugeot actuelles

On peut acheter la plupart des modèles sur le Site de la marque, sur Amazon ou eBay. Ils ne présentent pas d’intérêt extraordinaire et sont commercialisés à des prix de 100 à 300 euros. Quelques garde-temps automatiques atteignent 450 euros, mais les mécanismes sont probablement également chinois ou même japonais (si l’on se fie aux visuels disponibles). Ce sont des montres ordinaires vendues avec le même type de marge que d’innombrables marques courantes internationales.

Montre Paul Peugeot Automatique actuelleMontre Paul Peugeot Automatique actuelle

Montre Paul Peugeot Automatique actuelle

Ceci dit... Peugeot Automobile conserve une capacité extraordinaire de création avec son Peugeot Design Lab, qui dessine pour l'automobile, mais aussi pour le rail, l'aviation et même la grande distribution.

En partenariat avec la nouvelle marque horlogère Suisse Pecqueur Conceptuals, le Studio vient en 2015 de proposer un nouveau garde-temps... à différentiel (comme pour l'automobile) de toute beauté.

La montre "Concept" de Pecqueur Conceptuals, par le Peugeot Design Lab

La montre "Concept" de Pecqueur Conceptuals, par le Peugeot Design Lab

Voir les commentaires

Publié le 27 Février 2017

La tradition horlogère est souvent gage de qualité et d’authenticité. La région du Haut Doubs a toujours été un Centre traditionnel de production de garde-temps et la plupart des anciennes marques françaises y ont vu le jour. Elles étaient alors légion et avaient construit la renommée du savoir faire français. Si quelques-unes nous restent familières, d’autres ont pu subsister ou renaître dans une relative discrétion. Elles cherchent cependant avec plus ou moins de bonheur à pousser le savoir faire hexagonal en avant et, n’ont pas à rougir de leurs compétences ou de leur créativité.

Marivi automatique

Marivi automatique

Avec 70 ans d’histoire, Comté-Savoie est une marque qui a compté en Franche Comté, mais aussi hors de nos frontières. En 1950, la moitié de la production était exportée. On distinguait depuis 1947 la marque Mogador. La qualité des productions était alors reconnue par le Centre technique de l’Industrie Horlogère de Besançon.

La fabrique persista jusqu’en 1987 malgré le déferlement du Quartz et s’éteignit peu à peu avec le départ naturel de ses dirigeants.

Jérôme Curtit, petit fils de l’un des fondateurs reprit alors le flambeau en 2016, rebaptisant l’entreprise ComtéSavoie 1947 en hommage à l’héritage familial et développant la marque « Bouchonnet » fièrement inscrite au cadran des nouvelles productions. Cet héritage français est un point d’honneur pour l’équipe qui réalise ces garde-temps, jusqu’aux calibres issus de l’ancienne fabrique France-Ebauches. Tous les autres éléments des montres proviennent de source régionale ou de Suisse voisine et l’assemblage avec au moins 10 points de contrôle est réalisé dans les ateliers de la marque.

Bouchonnet CBO401 et CBO152

Bouchonnet CBO401 et CBO152

Bouchonnet veut sans équivoque proposer à terme des produits horlogers 100% français et ses premières réalisations simples et un peu « vintage » séduisent déjà quelques heureux acquéreurs. La première montre automatique numérotée (calibre suisse) est proposée par une souscription, c’est la Marivi, au cadran délicieusement guilloché pour un diamètre de 40mm avec glace bombée. 140 pièces seulement seront fabriquées et les pré-commandes sont ouvertes depuis à peine quelques jours ! Un prix raisonnable et justifié de 1370 €. La série compte aussi d’autres modèles automatiques (CBO 401 et 402) très abordables (482 €) et les CBO 150 et 152 à Quartz (271 €), mus par les fameux calibres France-Ebauches. Une petite série (la montre 18) au décor pétillant complète la gamme.

Les garanties sont portées à deux ans, avec un service d’entretien assuré pour 10 à 20 ans à des prix défiant toute concurrence.

La jeune marque ComtéSavoie 1947 historiquement présente depuis sept décennies développe déjà son réseau dans les bijouteries. Elle propose cependant ses produits irréprochables depuis son Site Internet : http://montres-comtesavoie1947.fr/, privilégiant un contact personnel avec ses clients.

Allons-nous encourager une si belle initiative ?

..........................

2018 : Nouvelle Collection avec décors de cadrans originaux

2018 : Nouvelle Collection avec décors de cadrans originaux

En 2018, les montres de ComtéSavoie 1947 nous embarquent dans un nouvel univers :

Celui des décors de cadrans peints à la main, selon un modèle spécifique, mais réalisé uniquement lors de la commande. Des montres assez petites (36mm de diamètre) pour coller à cet esprit Vintage très prisé par les amateurs d'horlogerie. Toujours les mêmes modules Quartz France-Ebauches, la fabrication Made in France en Franche Comté, gage de soin particulier - et de respect pour tous les amateurs de produits pensés et réalisés chez nous. 

Trois des nouveaux modèles décorés ou arborant un cadran minéral
Trois des nouveaux modèles décorés ou arborant un cadran minéral
Trois des nouveaux modèles décorés ou arborant un cadran minéral

Trois des nouveaux modèles décorés ou arborant un cadran minéral

Cette nouvelle Collection propose également des cadrans minéraux de grande beauté, jouant avec la lumière et notre attachement pour les éléments naturels, de l'Ardoise vivante ou du Mica. une occasion de redécouvrir ces Garde-Temps originaux et bienvenus !

La marque nous propose toujours un entretien de ses montres personnalisé et à des prix raisonnables, selon un cahier des charges qui respecte ces objets pratiques et agréables à nos poignets.

Une occasion d'explorer les modèles de la marque ?  

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 21 Février 2017

Akrone

Créer un garde-temps achrone ou intemporel est une gageure pour une équipe française qui évolue dans un environnement horloger bougon ! La France a bien du mal a briller dans ce domaine et s’est laissée malheureusement distancer par ses voisins immédiats après avoir éclairé la profession pendant des décennies.

 

C’était sans compter sur l’esprit d’entreprise de ses jeunes générations. Nous en avons déjà vu quelques exemples sur les pages de MBA. Alors pourquoi ne pas appeler leur marque « Akrone ». Jeremy, Jeff, Erwan et le designer Max ont-ils réussi ce pari ? A Nantes, au sud de la Bretagne où la Société Akrone s’est implantée, nos jeunes entrepreneurs ont d’abord lancé leur première montre automatique sur un site de financement participatif dès 2015. Le slogan « La qualité à un prix transparent » a donc pris dès le départ, une signification emblématique.

 

Il faudra réaliser le meilleur produit possible au prix le plus juste. Les ateliers de Hong Kong parfaitement compétents fourniront bien des composants, tandis que le calibre sera l’un des piliers du Suisse ETA, le mouvement réputé 2892 avec la plus haute finition possible. On ne lésinera pas sur les matériaux, après la céramique légère pour la K-01, le titane pour la K-02 lancée en 2016. Toujours des verres saphir traités, des revêtements DLC carbone pour varier les modèles et des bracelets français en cuir réalisés par une manufacture de Besançon.

Akrone

C’est d’ailleurs là, dans un atelier Bisontin et bien sûr français que les montres Akrone sont assemblées dans la plus pure tradition de compétence de ses artisans. Que demander de plus ? Un prix adapté ? – pas plus de 650 euros pour un style vraiment personnel et vigoureux. La K-02 étanche à 100 m (et testée bien plus profondément) vous propose aussi une lunette à 120 clics et ses bracelets métal. Le choix vous reviendra toujours pour l’adoption des accessoires – y compris la possibilité d’admirer le mécanisme sous la montre à travers un verre saphir – 41mm de diamètre – de parole d’expert : la meilleure dimension pour une montre !

 

Et puisqu’on ne s’arrête pas à de bonnes dispositions, pourquoi ne pas faire certifier ses modèles par la catégorisation « vipère » de Besançon ? La grande majorité des montres passent la certification au premier contrôle : Une assurance de posséder un garde-temps racé et fiable ! Beaucoup de travail pour l’équipe : Bientôt la K-03 qui tentera d’aller encore plus loin. Envie d’encourager une si belle détermination ? Le succès de la marque vous demandera quelques petits mois de patience – Mais croyez nous, ça en vaut le coup ! https://www.akrone.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 18 Février 2017

Montres sino-germaniques

Probablement sur MBA, la question qui revient le plus souvent est : Peut-on faire confiance aux montres dites « sino-germaniques » ?

 

Cette appellation date de quelques années et tente de définir une catégorie de garde-temps aux noms européens (le plus souvent germaniques), mais produits en « sous-main » par des firmes chinoises.

Cette définition pourtant n’est pas aussi exacte que cela, car des sociétés européennes ou américaines font aussi fabriquer par des asiatiques, des marques qu’ils distribuent directement en occident.

 

C’est probablement en Allemagne où la réglementation est peut-être moins regardante sur l’usage approprié des noms, que ce phénomène a démarré.

Une occasion de proposer des produits horlogers dont le nom est familier ou à consonance alléchante et qui laissent entendre une certaine qualité !

Finalement, une opportunité de vendre très cher des montres fabriquées à faible coût. Le plus souvent, ces pièces sont clinquantes avec profusion de couleurs et d’effets fastueux, mais possèdent des mécanismes de très basse qualité et sont mal finies.

 

On ne compte plus les litiges sur les avis de consommateurs : aiguilles qui se détachent, verres mal posés, étanchéités aléatoires, arrêts prématurés du fonctionnement, décollements des traitements de couleur, détachements des bracelets ou allergies provoquées par les cuirs de mauvaise qualité, problèmes de finition etc. Des incidents qu’on ne s’attend pas à trouver sur des montres qui ventent une classe exceptionnelle. Je ne parle pas du Service Après Vente qui est très compliqué !

 

Pour emporter la décision d’achat, ces marques utilisent souvent (et parfois systématiquement), la vente soldée sur des boutiques spécialisées. On vous prêche la bonne affaire… jusqu’à des 80% de remise !

Dans la jungle dense autant qu’étendue de la myriade de marques disponibles sur le marché, comment s’assurer de la bonne affaire ?

 

On vous l’a dit ici de nombreuses fois, mais nous ne sommes pas les seuls !

Méfiez-vous de ces fluctuations de prix, intéressez-vous à l’origine de la marque, regardez ce que les acheteurs floués ou dupés disent.

Est ce que la marque possède pignon sur rue et si le Site Internet - quand il existe - n’annonce pas des prix exorbitants sans les justifier par la qualité des composants.

 

Un mécanisme automatique chinois coûte une dizaine d’euros et s’il n’est pas originaire d’Asie, on vous le dit avec fierté ! Le reste ne coûte pas plus cher, si bien que ce qu’on semble vous vendre au prix fracassé de 150 euros, produira pour le simple soldeur un bénéfice encore très intéressant… Et dire que vous auriez pu l’acheter 1000 euros !

 

Certaines marques brouillent encore plus les pistes : on vous vendra sur la même boutique des modèles approchants dont les prix pourront varier de 12 à 600 euros…(Philip MERCIER).

Incohérence entre le prénom anglicisé et le nom français : Philip ou Philippe Mercier était un peintre Allemand d'origine Huguenote

Incohérence entre le prénom anglicisé et le nom français : Philip ou Philippe Mercier était un peintre Allemand d'origine Huguenote

Heureusement, il existe encore des marques qui ne tentent pas de profiter de ce miroir aux alouettes en vendant au juste prix, à peu près les mêmes genres de modèles (fabriqués avec les mêmes composants). Vous gardez donc le choix de prendre le risque de tomber sur un mauvais lot.

 

Nous en avons trop dit pour ne pas vous laisser seulement deviner le nom des marques dont nous parlons, aussi je tiens à vous livrer ici celles qui vous respectent cependant, dans la notion de rapport qualité prix :

 

ACCURIST, CHARLES HUBERT PARIS,  GIGANDET, M. JOHANSSON, NAVIFORCE, ORKINA, KRONEN & SOHNE, PRECIMAX, REGENT, ROTHENSCHILD, STEINHAUSEN, TAUCHMEISTER, INGERSOLL, PERIGAUM et quelques autres, qui ne vous vendront jamais plus cher un produit, que ce qu’il coûte réellement.

 

August STEINER est parfois très bon marché, à d'autres moments horriblement chère. J'ai vu une montre dite acier après 3 ans de mauvais traitements... une calamité pour l'apparence... et pourtant une extraordinaire résistance du verre aux jets de soudure en atelier !

 

Cependant, si vous souhaitez réellement dépenser une somme comprise entre 500 et 1000 euros et être rassurés sur la qualité du produit, pourquoi ne regarderiez-vous pas une marque comme par exemple Saint HONORE ? Vous n’aurez pas de surprise !

Montres sino-germaniques

Alors, venons-en à la liste des marques sino-germaniques que je vous déconseille. Notez qu’il existe des nuances complexes que vous devrez détricoter pour aller plus loin. Certaines marques comme Jost BURGI ( ne pas confondre avec BURGÏ ) qui vendent essentiellement en boutique physique, se classent encore à des niveaux de prix élevés.

 

Voici donc la liste de marques déconseillées et toujours vendues beaucoup trop chères (même soldées) :

 

AKRIBOS XXIV

ANDRE BELFORT

BOUDIER & CIE

CONSTANTIN DURMONT *

CONTINUUM

CHISTIAN VAN SANT

CRONENBERG

CHRONO DIAMOND

DIAMSTARS

GRAFENBERG

HERITOR

HINDENBERG **

INGRAHAM

JAVELLE

JEAN BELLECOUR

JOH.ROTHMAN

LUCIEN PICCARD

MATHIS MONTABON

REICHENBACH

RICHTENBURG

SWISS EAGLE

VIVIENNE WESTWOOD

WITTNAUER

 

* le cas de CONSTANTIN DURMONT comme HEINRICHSSOHN est un peu particulier : Un site en Allemand avec une adresse principale en Angleterre... Les prix sont très aléatoires et pourraient faire porter la marque dans la liste de celles qui vous respectent. Cependant, si la plupart des prix ne sont pas trop excessifs (par exemple sur Amazon), certains produits sans assurance de qualité sont encore trop chers !

 

** Pour ce qui concerne HINDENBERG (groupe Chronos, comme André Belfort), bien que l'on trouve des calibres ETA, Sellita et Miyota avec des verres saphir, les prix restent astronomiques (on peut acheter du pur Swiss made, comme par exemple GLYCINE à la moitié du prix de ces montres). Les Forums regorgent de gens mécontents qui se plaignent du manque de fiabilité de ces produits hybrides. Tout est dans le contrôle qualité !

 

Pendant un certain temps, la marque ELYSEE a fait émerger divers doutes. Les montres d'il y a quelques années n'étaient pas toujours fiables, ni parfaitement finies. L'origine des produits n'était pas non plus transparente. Depuis quelques mois, la marque s'est renouvelée. Elle affirme et prouve que l'assemblage et les contrôles poussés sont bien réalisés à Düsseldorf en Allemagne. la marque utilise des calibres Seiko, Miyota, Ronda et Valjoux 7750. Les verres sont en saphir traités antireflet et les composants sont essentiellement Européens. Un rajeunissement bienvenu, qui lève les équivoques persistantes sur les forums.

 

En général, la seule exception acceptable viendra de l’usage d’un véritable verre saphir, de celui d’un mécanisme automatique japonais ou d’un quartz suisse ou Japonais… et même dans ces cas là, vous devriez avoisiner les 100 euros quand l'assemblage est réalisé en Chine et 300 euros quand il est fait en Europe ! Ne vous laissez jamais duper par le soi-disant label « Swiss Made » sans qu’il soit absolument certifié. Encore une fois, méfiez-vous de la finition et assurez-vous de la présence de contrôles de fabrication.

Finalement, pour 150 à 250 euros, vous obtiendrez toujours une montre automatique de fabrication japonaise que vous garderez de nombreuses années sans le moindre souci et, pour le même prix, des montres à quartz suisses ou allemandes, avec les mêmes garanties !

 

Ces montres sino-germaniques qui annoncent des calibres automatiques chinois (hors Seagull), restent à des prix de fabrication extrêmement bas et leur fiabilité ne dépasse pas quelques petites années, quand elles ne tombent pas en panne rapidement.

 

A vous de voir !

Voir les commentaires

Publié le 12 Février 2017

Erroyl

Avec l’internationalisation de l’horlogerie, on devrait pouvoir s’attendre à découvrir dans tous les pays du monde l’émergence de produits locaux. Ce n’est pas à priori le gage de fourniture d’une qualité sans reproche. Il faut bien connaître le marché et ne pas se laisser tenter par le simple profit. Au milieu de ces considérations, on découvre régulièrement des créations assez excitantes… bien qu’elles ne fassent pas toujours appel à l’originalité que les amateurs purs et durs semblent vouloir attendre. Peut importe, nous pouvons espérer que les critères les plus importants soient réunis et ce simple élément appelle notre curiosité.

 

Collection Heritage d'Erroyl

Collection Heritage d'Erroyl

En Australie, nous avons déjà remarqué ce désir de proposer, comme dans le reste du monde dit « développé » des articles de mode ou de High Tech. Quelques marques ont été préalablement présentées sur ce Blog, comme Bausele en juin 2014. Nous nous intéressons aujourd’hui à Erroyl qui a été lancée en 2014 et qui est à présent distribuée dans 50 pays. Nous pourrions nous dire qu’une montre aussi attirante soit-elle, expédiée depuis un pays si lointain ne devrait pas présenter un intérêt si important ! Il n’y a plus de frontières que le transport international ne puisse placer à notre porte. C’est l’une des nouvelles constantes de la mondialisation… surtout si ce transport est sans frais supplémentaire !

ErroylErroyl

Voici donc un très beau produit à prix raisonnable. Une série de garde-temps automatiques animés par des moteurs japonais irréprochables. (On a par exemple comparé le 9015 de Miyota au fameux 2824-2 d’ETA), mais la firme utilise aussi d’autres calibres de ce fabricant (9122), parfois même agrémentés de côtes de Genève et de complications, comme pour la collection « Regent ».

Erroyl

En 2017, une nouvelle série entièrement Swiss Made verra le jour (Duke).

Toutes les montres d’Erroyl sont soignées, équipées de verres saphir sur le revers de même qu’en façade où ils sont également traités. Les Bracelets de cuir italiens et pour certains modèles en crocodile véritable ne grèvent pas les prix de vente, qui oscillent entre 300 et 400 euros. La seule concession que vous devrez faire sera de payer les frais de douane qui s’élèvent à environ 20% ! Nous restons cependant dans des normes très acceptables que l’éloignement de cette grande île australe ne parvient pas à impacter. La garantie est de 2 ans, mais comme les mécanismes sont parmi les meilleurs et les plus courants, vous n’aurez aucune peine à entretenir vos belles montres en Europe ! https://erroyl.com/

Erroyl Regent

Erroyl Regent

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 17 Janvier 2017

Longines

Cette Compagnie horlogère helvétique qui figure parmi les plus anciennes marques encore en activité dans les registres de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, utilise le sablier ailé depuis 1867, date de sa fondation – Mais il faut remonter à 1832 pour entrevoir l’établissement du premier comptoir horloger par Auguste Agassiz (Longines veut dire : Les près allongés). Le développement international (vers les USA) date lui de 1846 et c’est Ernest Francillon, neveu d’Agassiz qui prend les rênes de l’entreprise florissante dès 1852. Ainsi à l’inauguration de l’usine de St Imier en 1867, c’est lui qui est à l’œuvre pour le développement des premiers calibres maison. Avant 1900, on compte déjà les calibres 20A, 20H et 21.59.

L’entreprise ne cesse de développer de nouveaux mécanismes jusqu’à nos jours. On remarque le premier calibre L6512 Ultra Quartz dès 1969, mais aussi de nouveaux moteurs, parfois en collaboration avec d’autres (comme Ebauche SA en 1972). Et surtout le L990 en 1977 qui marque le renouveau du « mécanique ».

Suivent les 276VHP, L688, L707 et L788 développés entre 1984 et 2012. Dans l’intervalle une dizaine de calibres ont déjà vu le jour.

En 1991, Walter Von Känel employé chez Longines depuis 1969 est appelé par Nicolas Hayek pour diriger l’entreprise qui fait depuis 1983, partie de SMH, rebaptisé Swatch Group https://www.longines.fr/.

L’entreprise qui reçoit tout au long de son développement de nombreux prix horlogers s’attache diverses collaborations techniques dont celle de l’aviateur Charles Lindbergh. Elle se tourne en 2013 vers le monde hippique et réalise des garde-temps autour de ce thème. C’est l’une des sociétés horlogère qui a depuis les années 70, poursuivi avec bonheur et succès, une partie de sa production, avec des calibres Quartz maison, sans rien abandonner de ses compétences dans le mécanique.

Ses productions très diversifiées comprennent de nombreux modèles souvent taxés de « classiques » et les prix restent dans l’ensemble très proches de ceux des montres de milieu de gamme, avec toutes les qualités attendues. Les modèles les plus chers comprennent souvent des complications élaborées et peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros.

La société possède sa propre boutique Internet officielle aux USA où elle est restée très populaire, mais en Europe, il faut aller en boutique physique ou sur des Sites externes d’horlogers établis : https://www.lepage.fr/montres-homme/marques/longines.html#p=1&gan_data=true

On y trouvera entre 650 et 1500 euros, au moins 70 modèles pour couvrir tous les goûts.

Longines

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 3 Janvier 2017

HOF WATCHES│PARIS

« La discrétion est la première des vertus ; on lui doit bien des instants de bonheur »

Dominique Vivant Denon, graveur, 1747-1825.

Les collectionneurs en général et les amateurs de belle horlogerie recherchent souvent avec assiduité « le » garde temps qui leur manque et qui les fera rêver ! C’est la rareté de cette pièce qui augure de sa qualité et de son intérêt.

L’objectif du créateur de cet objet n’est pas prioritairement mercantile, mais c’est sa passion pour cette alliance de la technique, de la forme et de la touche visuelle qui va le pousser à prendre « le temps qu’il faut » pour délivrer une montre équilibrée.

Alors, le concepteur et l’acquéreur seront unis dans la même satisfaction.

HOF WATCHES│PARIS

J’ai quelques amis dans le milieu horloger, il en est qui ont montré avec le temps un bel esprit d’entreprise et de créativité. Quand le moment est venu de présenter leur travail, je suis particulièrement fier et heureux. Damien Koch, horloger de précision a fondé dans la région parisienne la boutique de réparation WATCH & STRAP. Il a distribué en France avec compétence plusieurs marques comme Glycine et s’est lancé en 2013, suite à des commandes, dans la conception de montres pour les services spéciaux du gouvernement Français.

 

Ses connaissances du marché et des techniques l’ont porté à créer sa propre marque. Plusieurs organes de presse dans l’horlogerie ont déjà mis ce travail en avant et les premières montres ont trouvé d’heureux acquéreurs – mais on peut dire que c’est vraiment depuis le mois de juillet 2016 que les différents modèles de sa collection ont été officiellement présentés et vendus sur son Site Internet : http://www.watchandstrap.com/hof-watches.php.

Boîtier original 42mm conçu avec soin

Boîtier original 42mm conçu avec soin

Pour créer une nouvelle marque, il ne suffit pas de piocher dans les composants ici et là, fussent-ils issus des meilleurs fournisseurs. Beaucoup de gens s’en contentent et soumettent des montres efficaces, mais sans âme. Il existe des concepteurs/réalisateurs un peu partout qui vous proposeront un produit clef en mains et de vrais créateurs innovants qui devront composer avec les facilités disponibles et pas toujours adaptées.

 

La recherche et le développement nécessitent un investissement personnel et financier, mais cela demande toujours du temps. Damien, depuis le dessin d’origine jusqu’aux contrôles progressifs du produit fini a eu besoin de plusieurs années. Il est inutile de dire que l’on peut aujourd’hui en mesurer le résultat !

Il s’est attaché les compétences de fournisseurs reconnus dans la profession, depuis les boîtiers acier 316L massifs et les cadrans soleillés fabriqués en Suisse à La Chaux de Fonds – d’où viennent déjà les mécanismes Swiss Made de grade supérieur – jusqu’aux aiguilles inox manufacturées en France.

Les lunettes 120 clics en 316L avec inlays aluminium anodisé sont conçus à partir de logiciels prenant en compte toutes les contraintes afin de les rendre extrêmement endurants, mais ils peuvent être changés (si besoin) en atelier. Des modèles céramique ou saphir viendront d’ailleurs, bientôt compléter la gamme.

Les bracelets cuir ou caoutchouc de la meilleure qualité et qui coûtent individuellement un peu moins de 100 euros, ont été confrontés aux tests nécessaires pour assurer la meilleure tenue et durabilité ainsi que le meilleur confort.

La marque a investi pour l’avenir en s’assurant la continuité de la fabrication. Bientôt viendront s’ajouter des bracelets métal à mailles pleines et aussi milanaises.

Si aujourd’hui les fixations sont à boucle ardillon, des boucles déployantes seront aussi proposées dans un proche avenir.

Quant aux verres saphir convexes, ils sont triplement traités contre les reflets pour assurer la meilleure lecture.

Une élégance de tous les jours !

Une élégance de tous les jours !

La gamme Seashore propose de nombreuses finitions, couleurs de fonds, finitions de boîtiers (brossé, poli, traité couleur) de manière à ce que chacun puisse composer sa montre personnalisée.

Nous avons beaucoup aimé ces fonds crème, bleu ou noir classique, mais également un fond « copper » très équilibré assez rare par sa nuance cuivre. Bien entendu, les garde-temps sont testés pour résister à la pression de l’eau jusqu’à 200m de profondeur.

 

Entre 850 et 900 euros selon le modèle, vous êtes assuré de posséder une montre de grande qualité, entièrement assemblée en France à la main dans l’atelier parisien de la marque. D’ailleurs, le cadran affiche fièrement la mention « fabrication française ». Chaque garde-temps est contrôlé à toutes les étapes de sa fabrication. Il est testé et vérifié dans les moindres détails afin de vous offrir une expérience inégalée pour un prix vraiment raisonnable.

La marque vous offre de plus une garantie exceptionnelle de 5 années, pendant lesquelles vous pourrez bénéficier de deux huilages et d’une révision complète inclus dans le prix de vente.

Ecrins 4 étoiles

Ecrins 4 étoiles

Pour avoir « soupesé la bête », je peux vous dire que cette expérience unique est agrémentée d’un très beau coffret de voyage en cuir incluant tous les accessoires nécessaires (carte de garantie, notice très claire et outil de changement de bracelet).

Les grands collectionneurs attachés au traitement particulier de leur passion sauront apprécier les nouvelles de la marque HOF WATCHES│PARIS sur la page Facebook dédiée : https://www.facebook.com/HOFWatches/.

Ils pourront suivre l’évolution des nouveaux modèles et les expériences rapportées des utilisateurs heureux.

Vue du dos de la Seashore

Vue du dos de la Seashore

Il est si rare de pouvoir se réjouir de l’arrivée de produits horlogers de grande facture dans notre pays, qu’il était important de vous proposer cette « découverte » ! Bien entendu, Damien Koch qui vous reçoit dans son Show Room de Vitry sur Seine, se fera un plaisir de vous faire découvrir les montres HOF WATCHES│PARIS. Mais vous pourrez aussi les commander directement sur le Site à la page dédiée (par exemple le fameux modèle « copper » ! :

http://www.watchandstrap.com/montre-HOF-WATCHES--SEASHORE-COPPER--SH1302-AS-5.htm - (Cliquer sur Azur, black ou Ivory pour voir les autres pièces de la gamme et leurs variations autour des modèles).

Quelques-uns des bracelets disponibles

Quelques-uns des bracelets disponibles

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 17 Décembre 2016

Fabricants de montres en Chine, éclairage et perspectives

Rédiger une telle analyse n’est ni simple, ni évident !

 

Il est pratiquement impossible d’examiner avec certitude les méthodes, les ramifications, les ententes, les assemblages industriels (constellations d’entreprises) et surtout les accords de fournitures ou de réalisations pour des marques occidentales. C’est sans doute sur ce dernier point que notre attention est attirée. En effet, quand on réalise que la Chine a vendu en 2016, 97% de la production mondiale de montres, on peut aisément considérer leur apport au marché horloger planétaire. Ce fort pourcentage a généré 45% des revenus globaux, tandis que les 2% de la production suisse ont produit 53% de ces mêmes revenus. Les autres pays producteurs ne comptent que pour 1% de la production mondiale et 2% de revenus globaux. Tous ces chiffres sont relativisés par un élément fondamental : En matière d’horlogerie, la Suisse est le plus grand client de la Chine ! (Le groupe Swatch achète 50% de ses pièces en Chine)

 

Depuis 1975, les chinois de Pékin et de Hong Kong ont acheté de nombreuses sociétés horlogères suisses parmi lesquelles on compte Eterna et Porsche Design, Dreyfuss, Rotary, Corum, J&T Windmills, Marvin, Milus, Emile Chouriet entre autres. Mais les chinois ont aussi créé de toutes pièces des marques suisses comme Ruimas ou Codex (essentiellement réservées au marché chinois) et des marques de montres de luxe domestiques « chinoises » comme Timekeeper, Anpassa, Memorigin ou Ebohr (à qui appartient Codex).

 

Pour ne serait-ce qu’entrevoir la main-mise tentaculaire de l’industrie horlogère chinoise, il ne suffit pas de lire la presse spécialisée ou de noter les informations parsemées que les entreprises elles-mêmes diffusent – ni même de faire totalement confiance aux expériences et remarques des collectionneurs habitués des forums horlogers. La vérité est ailleurs ! Comme le soulignait une célèbre série américaine de science-fiction.

 

Il y a dans le giron spécialisé, des journalistes d’investigation qui ont réellement mouillé leur chemise. Je pense à Ariel Adams ou Tom Adelstein. Certains ont entrepris de longues et onéreuses enquêtes qui pour certaines ont duré des mois, si ce n’est des années. Ils ont rencontré des chefs d’entreprise, leurs distributeurs, les revendeurs dans de nombreux pays. Ils ont acheté des montres ici et là, les ont comparées, ont noté les particularités. Ils ont démêlé les imbroglios juridico-commerciaux pour comprendre les puissantes ramifications et protections installées. Bref, ces travaux alliés à mes propres investigations durant les 10 dernières années nous permettent aujourd’hui d’entrevoir le fonctionnement et les perspectives de ces entrepreneurs modernes et avisés.

 

Après la seconde guerre mondiale, les japonais ont saisi une opportunité dans le domaine technologique et High Tech. Ils ont tout simplement décortiqué nos montres, nos voitures et nos appareils photos pour créer des produits aussi performants que les nôtres, plaçant le dynamisme créatif au premier plan pendant que nous nous reposions sur nos lauriers. Petit à petit, sans toutefois chercher à faire disparaître réellement nos marques, ils ont proposé des articles d’aussi bonne qualité, fiables et moins cher. Les chinois, une fois leur développement stabilisé ont fait pareil… plaçant peut-être leur dynamisme avisé dans un domaine peu à peu abandonné par les occidentaux : les objets manufacturés ! Le prix très bas de la main d’œuvre et le laxisme des normes de qualité et de sécurité aidant, ils ont produit des millions de choses utiles, comme des gadgets à remplir nos placards pour faire enfin décoller leur économie. Encore une citation à méditer : La nature a horreur du vide ! Qu’on ne soit plus là ou qu’on se laisse faire, les chinois auraient été bien bêtes de ne pas sauter sur l’occasion !

 

Avec les besoins grandissants du marché intérieur et l’élévation du niveau de la vie, alliés à la demande pour des produits-ayant-l’apparence-du-luxe-sans-en-avoir-le-coût… de la part des occidentaux, il était facile de proposer des montres, des téléviseurs et même des automobiles. Heureusement et surtout concernant la sécurité, certains domaines demeurent « relativement » verrouillés afin de ne laisser rentrer dans les pays développés que des articles conformes aux normes (bien que beaucoup d’exceptions réussissent à être distribuées).

 

Les garde-temps ont conquis ce marché avec brio, pensez donc, 97% de la production mondiale ! Certes une très grande proportion de montres jetables à très bas prix (en moyenne 3€ la pièce contre 700€ de moyenne pour les montres suisses !), mais aussi des pièces détachées de consommation courante et de relative bonne qualité, que l’on retrouve dans pratiquement la plus grande majorité de nos montres à nom européen, qu’elles coûtent 100 ou 1000 euros !

Fabricants de montres en Chine, éclairage et perspectives

Probablement les plus grandes sociétés horlogères chinoises sont Citychamp, considéré comme l’équivalent chinois du groupe Swatch (50% du marché intérieur) Initialement connu sous le nom de China Haiden (ceux là même qui possèdent Eterna, Corum et d’autres). Ils achètent leurs concurrents chinois à tout va (Ebohr, Rossini), mais se trouvent en concurrence avec des géants comme la Shenzhen-Meigeer Watch Company (qui distribue la très connue marque Megir), le groupe Tianjin Seagull Watch Group Corporation (Une véritable manufacture depuis 1955, anciennement Tianjin Watch Factory et qui distribue l’excellente marque Sea-Gull). Seagull fait partie d’un groupe encore plus important et très ancien (1955) connu sous le nom de Shanghai Watch Factory. Nous avons aussi Zhuhai New Pearl Watchmaking Co. Ltd qui est l’un des plus grands fournisseurs du groupe suisse Swatch. Ils produisent donc davantage de pièces séparées que de montres finies. Mais il existe littéralement des centaines de petites sociétés qui fabriquent leurs propres montres ou assemblent pour des marques connues (comme c’est d’ailleurs le cas en Suisse !). Il faudrait des pages et des pages à cet article pour toutes les citer.

 

On remarque cependant la Guangzhou Watch Factory créée par l’Etat dans les années 60, proche de Hong Kong et qui a produit de grandes quantités de mouvements quartz. On la connaît plutôt aujourd’hui sous le nom de Dixmont Guangzhou Watch Company, qui possède plusieurs marques de montres et produit toujours des mouvements, mais qui reste moins connue en Europe – ne pas confondre avec Guangzhou Kinpac Watch Co. Ltd qui existe depuis 2009 et produit depuis 2013 la marque Chenxi à des prix très intéressants pour la qualité fournie . Ils sont parfaitement honnêtes en expliquant que leurs montres sont étanches à 1ATM et devraient durer 2 à 3 ans. Une grande partie de leur business est de fabriquer pour d'autres marques (notamment Européennes et Américaines, une grande quantité de marques connues). On peut avoir un aperçu de ces compagnies sur un lien professionnel :

(http://www.made-in-china.com/manufacturers/watch.html).

ou : http://chinesewatchwiki.net/List_of_Chinese_watch_brands

 

Citychamp Watch & Jewellery Group Ltd. Implanté à Hong Kong avec 65000 employés possède une gestion efficace puisqu’elle a par exemple triplé en 2016 la vente de montres suisses Eterna dont elle est propriétaire, par rapport à l’année précédente. Sans compter les autres marques européennes qu’elle a acquises et dont nous avons parlé plus haut. Ce groupe tentaculaire possède également 25 marques dont l’une des plus appréciée est Kana, part sophistiquée de Ebohr, sans compter Rossini qui reste très réputée en Asie Il fabrique un peu partout en Chine, des mouvements et des montres finies pour de nombreuses marques internationales et possède à présent des banques. Le Groupe fournit 50% du marché intérieur chinois.

 

La Shenzhen-Meigeer Watch Company fabrique des montres depuis 1997 et se base sur sa marque phare depuis 2008 : Nakzen (d’ailleurs enregistrée au Japon) à l’attention des jeunes générations chinoises et aussi sur Megir, une marque sérieuse, mais bon marché et qui commence à être distribuée en Europe et aux Etats Unis depuis 2015. Ruimas (annoncée comme Swiss Made, reste placée en haut de gamme). Sont couramment utilisés des mouvements Miyota mécaniques de haute qualité, mais aussi des mouvements chinois à quartz assez qualitatifs connus sous le nom de Sunon, mais qui demeurent bon marché. Sunon fondée en 2004 possède 8 usines en Chine avec un total de 4000 employés d’où sortent quotidiennement 2 million de pièces destinés à construire les mouvements quartz.

Le groupe Megeer fabrique et distribue de très nombreuses marques. Avec la plus connue des montres standard Megir, sont diffusés entre autre les marques Curren, Sinobi, Weide et Infantry

 

Seagull curieusement ne diffuse pas énormément ses créations horlogères dans son propre pays. On trouve d’ailleurs assez difficilement des montres badgées Seagull en Europe ou aux Etats Unis. Seagull qui a racheté les vieilles machines suisses de chez Venus dans les années 60 a continuellement amélioré des calibres très connus, simples et efficaces. Seagull fabrique donc surtout de très bons mécanismes, tout en vendant en Chine seulement 20% de sa production. Pour de nombreux fabricants occidentaux qui peinent à être fournis en mouvements ETA (un fabricant suisse de calibres qui a verrouillé la distribution aux autres sociétés non groupe Swatch), Seagull est une alternative intéressante : Les produits finis et bien huilés ont la réputation de durer au moins 50 ans ! Le Groupe Fossil en a commandé 800000 en 2009 !

Seagull est installé à Tianjin et certifié Iso 9001-2000. Cette société créée par l’Etat chinois et qui avait pour but initialement de fournir des montres au peuple, conserve une excellente réputation. Ils ont su la faire perdurer en misant continuellement sur la qualité, ce qui les présente aujourd’hui comme un concurrent très sérieux des productions purement européennes.

 

Il existe une noria de petits groupes horlogers (dont la dimension cependant à l’échelle de la Chine fait rêver !). Ils distribuent des marques connues en Occident, se présentent comme indépendants. NaChuan par exemple distribue Shark et Kronen & Sohne, laissant parfois entendre que ce sont des marques allemandes avec une histoire ancienne et une qualité inégalée – ce qui n’est pas le cas – mais en brouillant les pistes, on évite d’être pris en flagrant délit de mensonge ! Les calibres chinois utilisés pour ces montres sont le plus souvent des Liaong. On arrive à quelque chose comme 3 euros montre finie, à la sortie d’usine !

 

Parnis aussi est relativement bien connue en Europe et aux Etats Unis. Ce petit groupe produit massivement des montres de réelle qualité, mais fonde son économie sur des astuces commerciales et techniques : Ils achètent souvent des mouvements mécaniques rénovés (Seagull notamment) qui ne sont pas toujours huilés car cela a un coût supplémentaire, mais des calibres quartz Miyota réputés sans souci.

 

Le problème des calibres nouveaux ou rénovés Seagull est un cas récurrent, quand cette compagnie les vend à des sociétés comme Timex, Fossil, Invicta ou d’autres, mais ils sont alors préparés correctement pour ne pas nuire à l’image de marque d’entreprise qui se veulent occidentales.

 

Parnis a démarré sous le nom de Suntime Watch Company Ltd à Guangzhou (Canton) le fond de commerce de cette société sont les montres « hommage ». Des modèles qui ressemblent étrangement à des garde-temps Panerai ou IWC, par exemple dans la petite unité « Marina Militare », mais qui n’en reprennent que les codes, mais ni les dimensions, ni les calibres, ni les méthodes de fabrication. Il s’en vend en Europe au moins 500 par mois !  mais ils sous-traitent tous les composants.

On pourrait s’offusquer d’une telle pratique, mais en matière de montre, que ce soit au niveau de la technique ou du visuel, on a déjà presque tout inventé. Devrions-nous refuser toute nouvelle montre qui ressemble de près ou de loin à quelque chose de déjà vu ?

Alors quand on colle au plus près, on parle d’hommage et ça passe mieux ! (Malins les chinois ?) On note également d'autres marques fabriquées par Parnis, comme Garton ou Pagani.

En date du 25 janvier 2017, après 8 ans de procédure, un jugement vient d'être cependant rendu en faveur du Groupe Richemont. Vous ne trouverez plus désormais de montres "Marina Militare" fabriquées par Parnis (ou ses nombreux sous-traitants) ni sur eBay, ni sur Amazon, ni sur Aliexpress et encore moins dans des boutiques germaniques ou britanniques. Et même sur le Site officiel chinois de Parnis en anglais et à destination de l'Occident, les montres d'apparence "Marina Militare" sont présentées sans marque sur le cadran.

 

Au milieu de tout cela, se faufilent quelques montres marquées Swiss Made qui peuvent tromper les moins attentionnés, mais c’est de bonne guerre – On tente tout ce qui pourrait passer, tout en brouillant les pistes, de manière à dire si l’on est pris « Ah, c’était une erreur, on ne le fera plus ! ».

Fabricants de montres en Chine, éclairage et perspectives

Il n’en reste pas moins que les montres « Marina Militare » sont d’excellente facture – On a bien dit « marine militaire » et non pas « Officine Panerai », n’est-ce pas ! Mais encore une fois quelques pièces reprennent ici et là la mention Panerai », histoire d’en vendre un peu plus. J’en possède une (sans la mention Panerai) et il n’y a absolument rien à dire, ni sur les matériaux employés, ni sur son aspect, ni sur son fonctionnement, ni même sur la qualité du bracelet cuir. Pourtant, quand on achète une telle montre autour de 100 euros, il faut vraiment se poser la question : Est-ce que le mouvement est huilé ?, au risque de devoir la jeter dans 2 ans !

 

On peut aussi parler de Fiyta qui se présente comme un fabricant de qualité ultime. La Compagnie a été fondée en 1987 à Shenzhen et a présenté dès 2010 ses premiers « tourbillons » et des montres « mystérieuses » en 2014. Ce sont des garde-temps très bien finis, soignés et relativement chers pour les chinois, qui sont pourtant vendus à des prix raisonnables pour nous, autour de 500 euros pour les mécaniques purs. On reste cependant confrontés au problème du Service Après-vente qui n’est pas encore assez structuré. La Compagnie est entrée dans le capital majoritaire en 2010, du Suisse Emile Chouriet SA basé à Genève. C'est l'une des premières sociétés horlogère chinoise a avoir été présente au Baselworld. Son nom étrange qui sonne comme une faute d'orthographe et qui se prononce "Fiyata" signifie en chinois : "Qui vole haut dans le ciel" - c'est sans doute la raison pour laquelle elle équipe les taïkonautes chinois. Elle emploie environ 4500 personnes.

 

On peut citer Arnex qui utilise des mouvements Unitas des années 1971 à 1979. D’ailleurs quelques montres Marina Militare spécifiques utilisent aussi des Unitas 6497 et même parfois, quand ils peuvent s’en procurer, des mouvements ETA – Tout dépend des complications qu’on souhaite installer.

 

Il y a la nouvelle venue (2010) Shantou Yazole Trading Company, Ltd qui commercialise la marque à la curieuse consonance Yazole, très appréciée en Inde… et tant d’autres !

 

Pour avoir une petite idée des marques de montres fabriquées et vendues en Chine… et maintenant en Occident (sous leur logo inchangé), il faut utilement se reporter au récent article qui parle de ce phénomène sur MBA :

http://montres-bonnes-affaires.over-blog.com/2016/11/marques-chinoises-qui-n-entrent-pas-dans-la-liste-noire.html .

 

Cependant assez peu de montres de luxe fabriquées en Chine sont encore vendues chez nous. L’avenir verra peut être l’étoffement de la distribution et d’un SAV de qualité. En attendant, vu le faible coût des montres chinoises de catégorie standard, il est peut-être intéressant de les commander directement là bas plutôt que de passer par des distributeurs qui ne font finalement qu’acheter des stocks et les revendre un peu plus chers, sans vraiment assurer le SAV (ils vous remplaceront l’objet en cas de souci plutôt que de le réparer). Par exemple, une montre de marque Curren ou Megir que vous allez trouver autour de 35 euros chez un distributeur, ne vous coûtera que 17 euros, commandée directement sur un site chinois.

 

Pour le moment, la seule opération viable se présentera sur un modèle mécanique équipé d’un mouvement Seagull. Ils sont connus, réparables et les pièces détachées facilement trouvables un peu partout.

 

Ce grand marché chinois est complexe à l’image du pays lui-même. Mais ils connaissent les affaires, ont appris des faiblesses de leurs voisins occidentaux et du dynamisme des japonais. Ils sont parfois durs en affaire et un peu sournois, mais nous sommes un tel bon exemple !

Quand nous pourrons faire un point dans quelques petites années, les choses pourront avoir changé du tout au tout !

 

Voir les commentaires

Publié le 10 Décembre 2016

Swissness et conséquences

La fédération de l’industrie horlogère suisse qui avait défini depuis 2007 un certain nombre de critères pour pouvoir inscrire « Swiss made » sur une montre, vient de durcir sa politique pour protéger encore davantage le label.

 

Dès le 1er janvier 2017, il ne suffira plus d’emboîter en Suisse un mouvement d’origine suisse et de procéder au contrôle du garde temps dans ce même pays, tout en garantissant l’origine suisse de 50% des composants (ce qu’on appelait le minimum de valeur suisse), il faudra à présent garantir 60% minimum de valeur suisse sur l’ensemble de la montre.

 

Concrètement et par exemple, si le verre, le bracelet ou le remontoir (couronne) viennent d’un autre endroit sur la planète, ce sera toléré !

 

Est-ce que cela va changer quelque chose pour les fabricants suisses de milieu de gamme ?

 

Il est très difficile de le dire pour chacun d’entre eux, car s’étant adaptés aux critères de 2007, ils devront dès le 1er janvier 2017 faire un effort supplémentaire. Le défi est suffisamment lié au résultat économique pour que je parie plutôt sur un alignement à la nouvelle règle, mais il est possible que certaines marques décident de produire plusieurs types de produits : des « Swiss Made » purs et peut-être de simples « Entreprise Suisse » qui pourraient ou non figurer sur le cadran mais qui ne seraient pas significativement moins chers.

 

C’est en tout cas la mention « Swiss Made » sur les cadrans qui nous indiquera plus que jamais la différence ! Aura-t-elle pour les consommateurs la même connotation de qualité et d’origine à laquelle la fédération croit ? Ce durcissement ne va-t-il pas pousser la concurrence mondiale un peu plus vite vers l’accroissement global de la qualité déjà amorcé depuis quelques années ? C’est probablement la conséquence la plus imaginable de cette politique.

Voir les commentaires