Publié le 10 Juin 2017

JAZ 3003 Automatique - 219 €

JAZ 3003 Automatique - 219 €

A une époque où les smartphones et les radio-réveils prennent soin de notre réinitialisation à l’aurore, nous avons un peu oublié le charme des réveils-matin qui trônaient sur notre table de nuit !

Ces petites sonneries ont accompagné pour certains les réveils de leur enfance, marquant définitivement une époque. Ceux-là se souviennent des trois lettres tracées sur les cadrans : JAZ !

Tant de ces petites horloges ont envahi nos maisons. Ce que l’on sait moins, c’est que la CIMH marque française fondée à Paris en 1919 par Louis Benel et Louis Gustave Brandt (oui, oui, le descendant du fondateur d’Omega !), prendra définitivement le nom de JAZ en 1948.

JAZ 3003 Quartz Datic - 99 €  et  JAZ Symetric Quartz - 63,20 €

JAZ 3003 Quartz Datic - 99 € et JAZ Symetric Quartz - 63,20 €

Dès 1957, plus de 20 million de ces petits réveils ont été vendus. En 1970, au moment où la marque détient près de 50% du marché des réveils-matin, elle se lance dans la fabrication de montres-bracelets.

Les garde-temps sont fabriqués avec des calibres France-Ebauches dans le Doubs. C’est une fierté pour l’entreprise et le pays. Dès 1973, la notoriété de la marque atteint plus de 87% dans l’esprit des français. En 1981, un accord avec Seiko voit l’introduction de calibres japonais dans les appareils, mais après être devenue la première marque française d’horlogerie distribuée aux Etats-Unis dans les années 1983, elle voit vite arriver un déclin qui aboutira à la fermeture des usines implantées jusqu’en Alsace. En 1990, tout semble terminé !

JAZ Chrono Quartz, Jazistor et 2002 Phenix - 139, 99 et 110 €

JAZ Chrono Quartz, Jazistor et 2002 Phenix - 139, 99 et 110 €

Après diverses tentatives de sauver l’activité, dont la reprise par Marc Augier (Camel Trophy) dans les années 1997, la marque est finalement redémarée après une quinzaine d’années de dormance.

C’est une société française déjà bien implantée dans l’horlogerie qui décide de relancer l’activité.

En 2016, les montres JAZ sont à nouveau assemblées et testées en France, à Paris dans la plus pure tradition horlogère hexagonale. Pour introduire le marché et malgré les contraintes techniques et financières, les prix sont calculés au plus juste afin de proposer une qualité sérieuse et économique.

Nostalgie oblige, la marque propose des montres aux formes vintage, mais avec une technologie moderne : boîtiers acier, mouvements japonais, verres cloche en acrylique, bracelets cuir. Des projets sont dans les tuyaux, dont la réédition d’une fameuse plongeuse, la J410 de 1969. Ce sera une montre moderne étanche à plus de 40 m comme l’originale, mais testée bien au-delà !

Et pour demeurer dans un véritable « esprit horloger », les techniciens de la marque proposeront bientôt des montres authentiques d’époque entièrement restaurées.

https://www.jazwatch.com/

Vue rapprochée de la 2002 Phenix Quartz - 110 €

Vue rapprochée de la 2002 Phenix Quartz - 110 €

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 7 Juin 2017

Project o Concept

Sans compter sur les métaux précieux, après l’acier, le titane, le carbone ou la céramique, les concepteurs de garde-temps (Cartier, BRM, Richard Mille, Breitling, entre autres) nous proposent pour les boîtiers de montres depuis quelque temps, un nouveau matériau : le polymère ! (polyester, polyamide, polycarbonate, acrylique). Ses qualités intrinsèques confèrent à cette matière des qualités de solidité, de légèreté et de transparence qui lui assurent un développement à considérer.

Project o Concept

Matthieu Keller, un français issu de l’industrie navale et passionné par l’horlogerie a voulu transcender ce concept en proposant une véritable innovation : Son premier projet, la « o1 » est construite dans un matériau transparent sur une base de PolyMethacylate de Méthyle (PMMA) ayant subi divers traitements spécifiques dans sa structure. Cet alliage de plusieurs polymères a demandé huit mois d’études et de tests, afin de proposer différentes épaisseurs dans sa masse. Il s’agit d’une seule pièce auto-polissante qui intègre le verre supérieur, garantie sans dénaturation dans le temps. Le cadran, le support du calibre et le fond sont en polycarbonate afin de permettre le meilleur assemblage possible et une étanchéité de 3 atmosphères.

Une véritable montre Made in France (ce pays où l’on a des idées !) qui intègre un très bon mouvement Miyota 8N24 squelette à remontage automatique avec une réserve de marche de plus de 40 heures.

Project o Concept

La montre de diamètre 44mm, mais très légère (22 gr sans le bracelet) existe en trois nuances : transparent clair, à reflets verts ou noirs. La couronne en acier inoxydable est vissée et le bracelet de qualité en cuir rembourré à grain crocodile est à boucle déployante.

Un produit de qualité original à prix raisonnable, expédié sans frais et qui bénéficie de deux ans de garantie par retour dans l’atelier parisien.

La montre o1 vous est proposée à 595 euros - http://project-o-concept.com/fr

Project o Concept

Un nouveau projet en ce début d'année 2018 !

PROJECT-O-CONCEPT lance une nouvelle montre sur le même concept polymère. Une montre mécanique limitée à 100 pièces, phosphorescente dans la masse !

Retrouvez cette nouvelle montre sur Kickstarter  ICI

Project o Concept

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 21 Mai 2017

Silvana 42Baron Automatique, ETA 2824.2

Silvana 42Baron Automatique, ETA 2824.2

Il est vrai que la Suisse est un fleuron en matière de marques horlogères. Elles ont dans leur grande majorité une réputation de sérieux, de qualité et de fiabilité que les professionnels, comme les utilisateurs auraient du mal à contester, Swiss Made oblige. On y trouve certes la plupart des marques prestigieuses et très chères, mais aussi quelques noms dans le milieu de gamme qui font référence.

J’ai été un peu conforté dans mon analyse quand j’ai constaté que Damian Lavergnat, l’actuel directeur de Silvana, dans un article du journal l’impartial de la Chaux de Fonds (Suisse) en 2015, a défini comme moi les limites de ce milieu de gamme : 350 à 1500 euros !

Cette société horlogère qui a compté 70 employés dès son début, date de 1922, époque où elle a été déposée par Victor Eugène Bahon. Installée à Tramelan, elle a connu des fortunes et des associations diverses, sans jamais renoncer à des créations de valeur.

Dès 1898 pourtant, des montres Silvana avaient commencé à être assemblées, rejoignant à travers les années, les entreprises construisant le savoir faire helvétique. Cependant victime comme beaucoup d’autres de l’arrivée du Quartz.

Aujourd’hui (depuis 2015) revigorée par des hommes d’action et de projet, Silvana AG s’inscrit confortablement dans ce milieu de gamme que nous affectionnons tant, pour ses performances qualité/prix et l’absence de concessions – avec soulignons-le une envie particulière de servir ces dames de plus en plus friandes de belle horlogerie. La fabrication est aujourd’hui confiée à l’un de plus beaux fleurons fédéral (FDH) avec des calibres ETA ou Ronda.

Une belle collection dans laquelle on pourra choisir directement sur le site Silvana, le modèle qui nous plaira le plus et qui nous sera envoyé de Suisse, moyennant au passage les frais de Douane (20%), assurance qualité oblige https://www.silvana.com/fr/. Finalement, pile dans le registre = environ 1000 euros pour le garde temps figurant en illustration de cet article.

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 19 Mai 2017

Bonne ou mauvaise montre, comment avoir confiance ?

En réalité, il n’y a pas de bonne et de mauvaise montre. Qui saurait fabriquer volontairement un objet qui serait conçu pour tomber en panne et donc ne pas délivrer le service pour lequel il est prévu. Ceci nous fait entrevoir la complexité du problème !

 

Il y a certes des gens qui ne reculent devant aucun stratagème pour faire passer des vessies pour des lanternes, mais cela n’est pas spécifique à l’horlogerie !

De tous temps on a essayé de rabioter de la conception à la commercialisation, mais les scandales que cela suscite finissent par rattraper les brigands qui disparaissent aussitôt. Il y en a qui sont en prison, mais c’est assez marginal.

 

Ce sont les accords économiques entre les Etats et les Organisations internationales qui favorisent les subterfuges pour contourner les règles du commerce. On a tout récemment entendu parler de l’implication des mafias dans la distribution de produits de nécessité courante. Tout finalement s’achète, même le silence des politiques et des médias. Mais on n’est pas ici en train de refaire le monde ! Chacun sait ce qui se passe ! Mais c’est bien ce monde (nous les consommateurs) qui favorisons souvent ces état de fait.

 

Le Marché en effet ne se plie qu’au souhait des consommateurs et leur offre ce qu’ils aimeraient trouver.

Qui n’a jamais souhaité avoir accès à un produit de bonne qualité qui ne serait pas touché par des restrictions de distribution, des prix associés à une réputation globale, sans faire d’effort, ni ouvrir sa bourse ? Ceux qui sont parfaitement honnêtes avec eux-mêmes et leurs prochains se comptent sur les doigts de quelques mains !

Il faudrait des règles universelles et des gendarmes à chaque coin de rue pour espérer voir un statut économique équilibré et sincère.

 

En matière d’horlogerie, nous avons vu le nombre de paramètres qui influencent la réalité économique. Aujourd’hui vendre des montres qui sembleraient de bonne facture et à un prix raisonnable n’a jamais été aussi facile ! N’importe quel atelier asiatique peut mettre à votre disposition des produits clefs en mains sans que vous n’ayez à produire aucun effort… même pas celui d’affirmer qu’au moins la conception est Européenne.

 

Je ne prétends pas vous donner toutes les ficelles – Elles sont nombreuses, j’espère seulement que ce Blog puisse vous proposer des armes (pour peu que vous souhaitiez les utiliser !). Mais il y a parmi vous encore trop de gens qui veulent bien croire que personne ne les y prendra ou ne leur dictera leur conduite et qui décideront finalement de choisir de prendre un risque.

Je ne l’ai que trop vu d’internautes qui m’écrivent avec une forme de questionnement sur la pertinence d’un achat et qui après que je leur ai tout dit, décident malgré tout de procéder, quitte à revenir au bout d’un moment en exprimant un regret. C’est de toute évidence la nature humaine.

 

Je ne peux qu’une fois de plus vous indiquer les quelques règles à respecter absolument pour espérer ne pas trop faire d’erreur !

 

1/ La marque n’a pas de Site Internet ou celui-ci n’indique qu’une adresse email

 

2/ On ne vous donne aucune information technique de base (mécanismes, matériau, certification)

 

3/ Les prix dépassent en remise exceptionnelle les 30%

 

4/ Les prix dépassent les valeurs moyennes selon technicité

 

Montre à Quartz classique de 50 à 100 euros

Montre à Quartz évoluée de 150 à 200 euros

Montre mécanique de base (mouvement japonais) de 150 à 300 euros

Montre mécanique évoluée (mouvement suisse ou allemand) de 350 à 750 euros

 

Tout ce qui n’est pas dans ces valeurs est sur ou sous-estimé et, en dehors des montres à Quartz de base, comme par exemple Casio, les montres en dessous de 30 euros ne sont pas de qualité suffisante !

 

5/ Est-ce que le fabricant est un concepteur horloger ou vends-t-il les montres en tant qu’accessoire de mode, est-ce une sous-marque, profite-t-il de la notoriété de ses lampadaires (par exemple) pour vendre aussi un produit prisé qui bénéficiera de cette réputation, sans pour autant atteindre la même qualité ?

 

Attention, il faut à ceci appliquer certaines nuances : Montblanc qui était un spécialiste des stylos a cependant créé une véritable Manufacture qui propose des montres d’une qualité extraordinaire.

Victorinox après les couteaux a fait de même. Fossil a séparé ses articles de mode et la conception des montres.

 

6/ Quel est le Service Après Vente proposé en France ? Existe-t-il, Propose-t-il un suivi véritable ?

 

7/ Comment se présente l’avis général des utilisateurs sur Internet. Est-ce que les avis sont globalement positifs ou non ?

 

Si vous souhaitez aller plus loin, il faudra vous questionner vous-mêmes sur ce que vous recherchez réellement : Un produit bien conçu, suivi durable ou bien quelque chose qui satisfait votre attirance uniquement pour l’apparence, mais que vous pourriez remplacer rapidement sans état d’âme ?

Vous pouvez aussi vous instruire à minima sur ce qui est le plus recommandé : acier massif ou alliage chromé, verre simple ou renforcé, bracelet imitation ou véritable cuir, étanche à la poussière ou résistant à vos longueurs en piscine ? Les montres sont-elles l’objet d’un contrôle qualité ?

 

Je vous souhaite le meilleur achat !

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 19 Avril 2017

Crédit photo : Ben Sandler / No limit

Crédit photo : Ben Sandler / No limit

Nous avons à plusieurs reprises, sur MBA, mis en garde nos lecteurs sur le phénomène des montres Sino-Germaniques,

(http://montres-bonnes-affaires.over-blog.com/2017/02/montres-sino-germaniques.html) :

Ces montres de qualité discutable présentées sur les Sites des fabricants à des prix prohibitifs, et vendues 8 à 10 fois moins chers sur des Sites spécialisés (Ventes Privées), le sont aussi par de gros vendeurs Internet, remisant dans les mêmes proportions.

Tout est fait pour nous donner confiance sur la qualité et l’antériorité historique des produits, et à moins d’être bien informés, nous avons peu d’armes pour faire la différence.

 

Sont-ce la multiplication des offres, le perfectionnement de la présentation, le nom même des marques qui entretiennent le « mirage » ?

 

L’utilisation de mécanismes de meilleure qualité ne changera pas la donne, car c’est avant tout l’absence de contrôle approfondi en cours de fabrication et les conditions de montage qui détermineront la qualité finale du garde-temps. En effet, les composants standards (boîtiers, aiguilles, cadrans, couronnes, verres, bracelets etc.) viennent de fabricants établis et varient peu en qualité.

 

Une bonne montre mécanique de milieu de gamme Suisse coûte en moyenne 750 euros. La question que nous devrions nous poser est : « Comment une marque fabriquant (soi-disant) le même type de montre avec des composants chinois peut-elle la proposer à 1500 euros ? », surtout si elle est soldée rapidement à 80% de cette valeur chez d’autres vendeurs ! Quelques soient les explications commerciales que l’on peut vous proposer.

De plus en plus de professionnels, d’associations ou de sociétés horlogères, des journalistes, des blogueurs, des usagers même, s’interrogent à juste titre.

 

Nous avons été entendus chez MBA, comme d’autres intervenants – acteurs principaux du monde horloger français – par l’UFC-Que Choisir, un important organisme français de défense du consommateur. Le journaliste Morgan Bourven qui a rédigé l’article « Fausses marques de luxe made in China » a intitulé sa rubrique : « Alerter ». Elle paraît dans le magazine Que Choisir ce mois de mai 2017.

 

Nous vous conseillons de vous procurer ce mensuel qui sera disponible dans les kiosques dès le 20 avril, afin de profiter d’une information complète et détaillée.

 

Par ailleurs, France 5 reprendra le dossier de Que Choisir dans son émission « La Quotidienne » animée par Maya Lauqué et Thomas Isle et dont la rubrique sera diffusée le jeudi 4 mai 2017 à partir de 11h45.

(L’émission est scindée en 2 parties et dure jusqu’à 13h40).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Suite à plusieurs demandes, j'ai le plaisir de vous donner le lien vers l'article de Que Choisir.

 

Vous pourrez ainsi le lire plus facilement - Cependant, sachez que pour ce faire, il vous faudra vous inscrire sur le Site, ce qui n'est pas gratuit (mais finalement très profitable !).

 

Je ne suis malheureusement pas autorisé à inclure l'article directement sur cette page !

 

Lien : 

https://www.quechoisir.org/enquete-montres-fausses-marques-de-luxe-made-in-china-n42140/

 

Voir les commentaires

Publié le 13 Avril 2017

Parmi les nombreux messages que nous recevons sur MBA, certains lecteurs, comme Nicolas aujourd’hui, nous proposent des avis, des analyses et des revues.

Quand ce travail peut être partagé, nous n’hésitons pas à le publier.

 

Nous sommes donc heureux de vous proposer la Revue de la montre 4043-02 de chez AVI-8

AVI-8, Modèle 4043-02, la revue !

Voici ses impressions :

 

« J’appréciais énormément la couleur et le guichet de date jaune et noir rappelant les poignées d’éjection du Martin Baker.

Je reçois donc le package comprennant une boite kaki en toile militaire, avec à l’intérieur, heureusement, la montre, le coussin, une notice explicative en anglais, une carte de garantie, et une carte explicative sur l'histoire du Hunter, 

 

La montre est un monstre à tous points de vue. En terme de taille, elle est énorme (44mm), on ne se rend compte qu'une fois qu'on l'a en main. Deuxième point, elle est lourde, mais ça ne me dérange pas du tout, au contraire. On la sent bien. Elle est très confortable à porter également. Le bracelet est extrêmement épais, en cuir. Je n'avais jamais vu une telle épaisseur et du coup on sent qu'il est solide lui aussi.

AVI-8, Modèle 4043-02, la revue !

En termes de thème, on est pleinement dedans, le design est à couper le souffle. Les chiffres en relief, la couronne de dates en transparence, les entrées d'air de Hunter à 3 et 9h, les aiguilles de cadran aéronautique, tout est là. L'aspect granuleux rappelle les planches de bord et les banquettes des premiers jets comme pour le Hunter, vraiment je trouve que c'est du très beau boulot. Le calibre est un Miyota 8217. Il est bien plus joli que celui que je possède déjà, mais en revanche un peu bruyant si on insiste pour le faire tourner.

 

J'ai payé cette montre 237€ (j'ai eu 25% de réduction grâce au code FLY25) et je peux vous dire qu'à ce prix là, je ne regrette pas un instant pas mon achat. C’est du très beau matériel. Je vous joins quelques photos pour que vous puissiez en juger ». 

 

Avi-8 Watches en vente en France ici.

 

Nicolas

AVI-8, Modèle 4043-02, la revue !
AVI-8, Modèle 4043-02, la revue !

Nous rappelons les caractéristiques du garde-temps :

 

COLLECTION: HAWKER-HUNTER
MODÈLE: AV-4043-02
MOUVEMENT: Automatique
Miyota 8217

BOITIER: Acier: 316L

DIAMÈTRE: 44mm

ÉPAISSEUR: 11mm
MATERIAU : Acier inoxydable
COULEUR du CADRAN: Vert
BRACELET: En cuir véritable vert (22mm)
RÉSISTANCE À L'EAU: 5 Atm
POIDS DE MONTRE: 100gr
GARANTIE INTERNATIONALE: 2 ans

AVI-8, Modèle 4043-02, la revue !
AVI-8, Modèle 4043-02, la revue !
AVI-8, Modèle 4043-02, la revue !

Voir les commentaires

Rédigé par montres bonnes affaires

Publié le 9 Avril 2017

Le nouveau Quartz

A l’heure où la clientèle de connaisseurs est de plus en plus friande de mouvements mécaniques, que devient le Quartz qui peuple 80% (si ce n’est 90%) de l’industrie horlogère ?

 

Dans les années 1970, la « Révolution du Quartz » a rebattu les cartes de l’horlogerie mondiale.

Progressivement moins chers, les mouvements électroniques réglés par une oscillation du Quartz vibrant sous l’impulsion de l’électricité, ont dévasté les fabricants traditionnels. La simplicité du système a sonné le glas de la précision « toute mécanique »… puis avec le temps… la nostalgie a frappé - d’ailleurs dès les années 80 et, les mouvements mécaniques et automatiques en s’adaptant et en se perfectionnant ont redonné des couleurs à la filière.

 

La montre de tous les jours et dont on ne s’occupe pas particulièrement a bon dos de fonctionner à l’électricité contenue dans une pile qui ressemble à un « bonbon métallique ». Tout ce que l’on veut c’est qu’elle soit précise et pas chère. Pour les amateurs d’horlogerie qui souhaitent un tout petit peu remonter le débat, le mécanique reste la valeur sûre – le symbole de ce qui a fait naître l’horlogerie !

 

Aujourd’hui, chacun trouve son bonheur dans l’offre extraordinairement large qui a gagné la planète toute entière. On a même le choix, bien au-delà des simples espérances. Les calibres de montres se déclinent en systèmes mixtes, permettant toutes les fantaisies et assurant tous les souhaits d’autonomie, de simplicité d’utilisation ou simplement de modernité !

 

L’aubaine de la demande a sauvé bien des « Maisons Horlogères » qui n’avaient pas su s’adapter et, le mécanique est revenu en force. Certains fabricants ont même réussi des tours de force à coup de brevets et d’utilisations de matériaux rares. Des garde-temps mécaniques ont vu aujourd’hui la précision de leurs modules multipliée par trois.

 

Pendant ce temps, le bon vieux Quartz est resté un peu figé dans des considérations techniques datant de 1984… après que les Japonais aient considérablement amélioré leur essai de 1969, d’ailleurs talonné par des créations européennes soucieuses de ne pas rater leur part du gâteau. Nous avons déjà parlé du Beta 21 sur le Blog ( Lien Beta 21 ). De grands fabricants Suisses dès 1960 avaient pris la mesure du défi, dont la très connue marque Longines. A la même période que l’offensive Japonaise, la marque sorti le fameux Ultra-Quartz : « Une révolution électronique ».

 

Alors depuis les derniers perfectionnements de 1984, que s’est-il passé, comment a-t-on évolué ?

Il ne s’est tout bonnement rien passé et si on a évolué, c’est surtout par la proposition des systèmes dit « Kinetic » ou le mouvement d’un marteau peut enfin produire l’électricité nécessaire, stockée dans un condensateur.

Le module Quartz n’a pas changé depuis cette époque. On est même capable en Chine de le fabriquer pour quelques centimes.

 

Certes, les modules Quartz chinois n’ont rien à voir avec certains calibres Suisses qui emploient des matériaux et des savoir-faire exceptionnels. La durabilité de la rigueur fait la différence. Ils sont généralement installés dans des montres de haut de gamme, coûtent très chers et ne déprécient en rien la valeur des modèles vendus.

 

Depuis plusieurs années, l’Horlogerie Suisse a tenté de renouveler le genre et de produire un module Quartz encore plus performant. Les grands fabricants ont réfléchi, travaillé et mis à contribution de grands bureaux d’étude (comme ETA) afin de résoudre ce problème de l’évolution du Quartz !

Longines encore une fois était sur la liste des demandeurs. Le nouveau défi ne tentait pas moins que d’établir de nouvelles normes !

 

En moyenne le Quartz de 1984 varie de 12 secondes par an, pouvait-on le faire passer en 2017 à 5 secondes ? Longines vient de sortir un tel modèle (Conquest V.H.P, pour « très haute précision » en français).

Non seulement la précision est inimaginable, mais de nombreux systèmes d’amélioration du fonctionnement sont inclus (un anti-choc révolutionnaire qui réinitialise la montre et une batterie très longue durée qui triple les possibilités actuelles).

 

Alors le Quartz, encore une vieille histoire ?

Longines Conquest V.H.P. Quartz 2017 (entre 850 et 1400 euros)

Longines Conquest V.H.P. Quartz 2017 (entre 850 et 1400 euros)

Voir les commentaires

Publié le 7 Avril 2017

Où on vous montre le jeu des 7 erreurs !

Il y a sans doute plusieurs phénomènes à considérer, mais le sujet est bien réel : Quelles sont les différences entre les deux montres que je vous présente à la fin de cet article ?

 

Le premier phénomène est celui (particulièrement en ce qui concerne les cadrans classiques) du renouvellement de la création. On réalise que depuis les premières montres-bracelets, toutes les marques ont puisé dans les variations infinies qu’offraient les combinaisons de formes, de couleurs et de composants. On a souvent relevé des apparences similaires, des « hommages » quand les garde-temps avaient connu le succès, voire des copies avec multitudes de variantes. On ne peut certes se renouveler à l’infini une fois que l’on a épuisé toutes les matières, les formes d’aiguilles ou de couronnes, tous les marqueurs chiffres ou bâtons, tous les fonds de cadrans du noir mat au nacré… à moins de créer des formes extravagantes ou des positions de marqueurs originaux comme le font quelques fabricants prestigieux.

 

Le second phénomène concerne les assembleurs qui proposent à diverses marques (la plupart du temps sans aucune relation), des produits finis pratiquement identiques.

Hong Kong s’est spécialisé dans cette industrie et a gagné avec les années des compétences réelles et reconnues. Plusieurs usines et ateliers de cette région construisent pour une grande majorité de marques occidentales, de véritables collections complètes que celles-ci n’ont plus qu’à distribuer.

Tant que les produits finis sont de qualité et vendus au juste prix, on ne s’étonnera pas. Peu de gens sont aujourd’hui dupes sur l’origine de produits divers fabriqués dans des usines qui ne font que changer l’étiquette !

 

Là où j’aimerais attirer l’attention de ces entreprises distributrices, c’est sur le message qu’elles véhiculent. Elles prendront certes garde à ne pas se mettre en défaut, par exemple en disant clairement qu’elles font elles-mêmes ce qu’elles achètent ailleurs ; mais dans le discours, des termes comme « conçu dans nos ateliers en France » ou « témoins [ou même] héritiers d’un savoir faire ancestral » sont souvent lus, et trompent l’acheteur.

 

Nous n’allons pas faire une liste de tous les abus, les arrangements avec la vérité, les à-peu-près et les discours ronflants afin de vous permettre de savoir qui fait quoi, qui vend les mêmes produits que son voisin avec un nom différent, car cela évolue constamment et que notre but n’est pas de redistribuer les cartes de l’économie horlogère. Mais un petit exemple ne fera pas de mal.

 

Je tiens à préciser que cette démonstration ne cherche en aucune manière à nuire à ces entreprises. Il n’y a finalement rien d’illégal à vendre le même produit que quelqu’un d’autre, avec un nom différent. Toutefois nous devons vous mettre en garde sur le « discours » et vous conseiller de toujours regarder en détail les présentations et de les comparer. Comme dit le proverbe : « Une personne avertie en vaut deux » !

Où on vous montre le jeu des 7 erreurs !

La marque Française CHRONOWATCH qui fait partie du Groupe Diamanta et qui propose ses garde-temps sur son site, les vend en direct assez chers, mais les prix retrouvent une valeur plus raisonnable chez leurs distributeurs. Le sérieux des ateliers fabricants laisse présager une certaine qualité de réalisation, mais ce ne sont pas des « montres de luxe » comme on croit le comprendre. Je ne parlerai pas du prix réel à la sortie d’usine. Bien des articles sur ce Blog vous ont rabâché le phénomène.

Quand à RHODENWALD & SOHNE, c’est une marque Allemande distribuée par Aviano Jewels GmbH qui suit le même processus. Vous trouverez sur Amazon les mêmes montres à moitié prix du Site maison.

 

Nous observons donc très clairement ce phénomène de variations sur un même thème. Ce sont rigoureusement les mêmes montres !

Pour la marque Française, sur le Site le prix sera de 475 euros, soldé à 119 chez le distributeur, tandis que chez l’Allemand, elle sera annoncée à 199 euros pour finalement être vendue 89 euros sur notre chère boutique Internet.

Voir les commentaires

Publié le 27 Mars 2017

UHR, Modèle 342 à 349 €

UHR, Modèle 342 à 349 €

Voir annotation en rouge à la fin de l'article !

 

Si les seules choses qui vous intéressent en matière de montre-bracelet, c’est un cadran « fashionable » et des couleurs brillantes, je pense que mon article ne va pas trop vous intéresser !

 

Si en revanche la qualité des composants et celle de la fabrication sont vos principaux critères… il y a des chances que vous vous attardiez sur ma découverte.

Ce n’est sans doute pas la seule offre qui vous propose aujourd’hui un véritable consensus qualité/prix, mais elle se place en peloton de tête des meilleures propositions.

 

Vous savez que nous privilégions la qualité des montres de milieu de gamme. Nous avons remarqué que pour des prestations assez similaires, nous trouvons des garde-temps qui se placent assez harmonieusement dans une certaine fourchette.

On connaît aussi le prix de vente des mécanismes et le coût de fabrication région par région.

 

Ainsi un très bon produit asiatique avec un calibre mécanique japonais et des finitions impeccables, qu’il vienne de Chine ou du Japon va osciller entre 200 et 300 euros, exception faîte de quelques maisons comme ORIENT ou même des modèles SEIKO 5 qui vont démarrer un peu en dessous.

 

Des « inventeurs » Européens, Américains ou même Singapouriens nous habituent depuis quelque temps à découvrir des créations d’excellente qualité, qui cependant oscillent dans ces mêmes gammes de prix.

Ils se risquent ainsi parfois à produire les mêmes montres avec des calibres Suisses un peu plus chers, tout en restant dans une fourchette raisonnable qui avoisine les 500 euros.

 

Les Suisses eux-mêmes ont bien du mal avec leur process de fabrication, les taxes et les charges, à proposer ce type de montre (avec par exemple un ETA 2824-2) en dessous de 600 euros. La moyenne figurant plutôt dans la tranche 700 euros !

Pour parler d’un Valjoux 7750 et ses complications chronographiques, nous allons avoir de la peine à rester en dessous de 1200 euros… quand ce n’est pas 2500, eu égard à la réputation du Swiss Made.

UHR, Modèle 353 à 599€ (VALJOUX 7750)

UHR, Modèle 353 à 599€ (VALJOUX 7750)

Je vous avais parlé il y a quelques temps de la marque Allemande ROTOR qui semblait proposer une montre avec un 7750 dans un prix l’un des plus bas du marché autour de 800 euros !

Quand on digère tout cela, on reste cependant persuadé que personne ne vend de garde-temps évolué à perte… même si ces mécanismes dont nous venons de parler ont un coût établi et qui ne baisse que très rarement.

 

Quand on aime les belles montres (je n’ai pas dit « jolies »)… On s’attend pour de bons composants à payer une montre équipée d’un ETA 2824-2, pas moins de 600 euros et une autre équipée d’un Valjoux 7750… environ 1000 euros (exception faite de quelques rares assembleurs). Dont acte !

 

Que diriez-vous de diviser ces prix par deux ? Ou même par deux et demi ? Quand ce n’est pas par trois ! Impossible me disent mes amis !

 

Allons donc voir ce que nous propose une marque allemande de montres qui s’appelle « UHR »… Déjà le nom qui veut simplement dire « montre » en allemand, ne fait pas dans la fioriture. Il est vrai qu’elle s’adresse avant tout aux professionnels avec ses offres de « Private Label », c'est-à-dire qu’elle propose des montres personnalisées avec le logo du demandeur. Dans un panel de 1800 combinaisons, elle peut certes se placer en bonne position, mais elle offre aussi avec ses composants triés sur le volet et ses appellations d’origine Swiss Made et Made in Germany, des alternatives extrêmement qualitatives. Nous sommes loin de la montre publicitaire ! Cela a un coût, mais il reste raisonnable compte tenu de la quantité minimum de 50 pièces… (Ca ne donnerait pas l’idée à un petit malin de créer sa propre marque en sous-traitant tout à Uhr ?).

UHR, Modèle 321 à 299 € (ETA 2824-2)

UHR, Modèle 321 à 299 € (ETA 2824-2)

Alors, me direz-vous, quel intérêt pour nous simple quidam ?

Et bien justement, parce que UHR vend aussi des montres à l’unité (sous son logo UHR, ou sans logo du tout) – C’est là que nous retrouvons nos amateurs de Bling Bling (rassurez-vous, je ne suis pas en train de vous critiquer – Vous avez le droit d’aimer ce qui est beau, même si ce n’est que beau !).

 

Mais avouez que de trouver une très bonne montre Swiss Made, un peu type militaire avec un très bon ETA 2824-2 à l’intérieur, pour moins de 300 euros, c’est plutôt épique pour ne pas dire inusité.

 

Quant à découvrir une montre-chronographe avec un Valjoux 7750 à 599 euros, c’est vraiment exceptionnel… Sans parler au passage, d’un modèle de Diver avec glace saphir, tous les codes de la plongeuse, y compris la lunette à 120 clics, un mécanisme japonais SEIKO NH35 pour … 199 euros ! Quand vous touchez à peu près le même modèle chez le fabricant du mécanisme (pourtant parfaitement estimable !), environ le double de ce prix, avec un simple verre Hardlex...

 

Bref, une petite visite s’impose ici : https://www.uhr.info/

 

UHR, Modèle 407 à 199 € (SEIKO NH35)

UHR, Modèle 407 à 199 € (SEIKO NH35)

La publication de cet article a évidemment intéressé plusieurs personnes qui ont souhaité avoir des renseignements complémentaires. J'ai moi-même pensé acheter l'une de ces montres et j'ai contacté la marque de plusieurs façons (rubrique "Contact" sur le Site et en direct par email).

5 semaines après la publication de cette présentation, je n'ai toujours aucune réponse de la part de UHR, ce qui est extrêmement surprenant. Je souhaitais parler de ce cas, mais sans avoir contacté la marque au préalable comme je le fais toujours. Bien mal m'en a pris !

J'émets naturellement quelques doutes sur le fonctionnement de ces possibilités d'achat, espérant toujours me tromper - Je devais vous informer de cette situation par honnêteté.

 

Le 19/08/2017, nous avons enfin un retour d'utilisateur qui nous confirme que la Communication n'est pas le fort de la Société ! Cependant les garde-temps produits semblent tenir leur promesse. je vous invite à lire le commentaire de Jacques à la suite de cet article !

 

Voir les commentaires

Publié le 22 Mars 2017

Griffin Emblem une marque d’avenir soutenue par le financement participatif – analyse du phénomène

Nous vivons définitivement une époque étrange où les codes de la communication et du commerce sont progressivement transformés pour s’adapter à l’immédiateté et à l’échange rapproché. L’horlogerie n’échappe pas à cette règle, au point de se demander si tout ne va pas finalement se vendre à travers les réseaux sociaux et le financement participatif. On avait commencé par entrevoir cette révolution avec la vente massive sur le Web, mais comme pour la presse imprimée qui n’a pas disparue avec l’avènement de l’info par Internet. Tout reste à écrire !

 

En ce qui concerne le financement participatif, c’est sans doute la facilité de diffusion par le canal électronique qui lui a ouvert une voie royale. C’est un moyen tellement adapté pour proposer de nouvelles idées, des petits projets qui demandaient avant d’enfoncer mille portes ! L’offre crée t’elle le besoin ou est-ce l’envie qui génère l’offre ? Chacun pourrait se lancer et proposer cent et une idées pour améliorer notre confort ou répondre aux envies. Mais deux phénomènes régulent le principe : L’exigence absolue de qualité et de fiabilité des acquéreurs ainsi que le nécessaire verrouillage de la proposition des concepteurs.

 

Nous en arrivons (et particulièrement en matière d’horlogerie) à la proposition d’un produit le plus parfait possible… qui est évidemment illustré par des propositions de nouveaux modèles de montres, parfois innovantes, d’autres fois simplement bien pensées, pour éviter l’écueil du coût lié aux méthodes encore traditionnelles de réalisations industrielles. On ne vendra qu’un petit nombre de pièces et seulement si le quota d’équilibre est atteint ! Il n’est pas question de se rater sur le projet. Personne ne veut travailler pour rien, personne ne veut investir à perte.

Il existe ainsi près de 10 projets de montres par mois sur Indiegogo ou Kickstarter (pour parler des plus connus)… et même si le besoin en montres n’est peut-être pas aussi important chez les simples consommateurs, comme chez les collectionneurs, rares sont les échecs dans ce domaine.

 

On ne pourra parler de chacun de ces projets sur MBA, ils sont non seulement mondiaux, mais touchent à tous les genres ; cependant les plus pertinents pour le public francophone seront de temps à autre relayés afin non seulement d’étoffer l’offre, mais aussi de montrer que l’on doit maintenant compter sur ce phénomène.

 

Griffin Emblem a déjà vécu trois fois l’aventure au plus grand bonheur des amateurs de belle horlogerie. Ses créations ont été particulièrement appréciées et rendues disponibles à des prix compétitifs pour une qualité ultime.

J’ai été séduit par leur nouveau projet et même si je n’ai pas pour habitude de présenter plusieurs articles pour la même marque, il faut bien considérer ce phénomène du financement participatif dans la façon de traiter l’information. Il est d’ailleurs possible que certains projets en restent à une offre limitée dans le temps, ou qu’un modèle d’une marque utilise ce moyen pour financer un nouveau garde-temps, mais certains espèrent pérenniser leur idée de départ. Tout est aujourd’hui sur la table !

Nous espérons d’ailleurs nous, comme les créateurs de la marque dont nous parlons ici, que cette quatrième campagne permettra d’asseoir définitivement la réputation de Griffin Emblem !

 

Le choix du calibre est tellement important que parfois tout le projet découle de là. Les marques qui se montrent ainsi sur ces plateformes spécialisées les choisissent avec attention. Ce sont le plus souvent des mécanismes Seiko ou Miyota qui offrent les meilleurs rapports qualité-prix. Tout le reste sera l’objet de soins attentifs pour harmoniser l’ensemble, sans omettre les nécessaires points liés à la logistique et à la qualité commerciale de la distribution.

 

Dans son quatrième projet, Griffin Emblem n’a pas plus que les trois précédentes fois, omis ces détails.

 

Nous voici devant cette offre :

 

Mouvement Automatique Miyota 9100

Présentation squelettée

Reserve de marche, environ 40hrs

Dateur (calendrier jour mois)

Glace saphir

Numéro de série gravé au dos

Toujours la petite plaque de métal personnalisable avec son message

Une boucle déployante en option (une nouveauté !)

Zirconia Swarovski couleur bleue sur le cadran

Toujours en 42mm

Garantie de 5 ans

 

https://www.kickstarter.com/projects/griffinemblem/griffin-emblem-high-quality-skeleton-automatic-wat

 

Deux modèles de base de la Early Bird et la Super Early Bird en option A et B qui varient d’un cadran plutôt classique à un cadran à plusieurs compteurs. Le tout ouvragé, parfois avec plusieurs couleurs et vue arrière sur le mouvement.

Donnant la possibilité de faire graver sur une plaque latérale vissée, le message de votre choix.

Allez-y, il reste moins de 40 jours pour choisir votre montre ultra personnalisée pour 309 à 379 euros selon le modèle !... et vous serez livré en octobre 2017.

 

English version here : Griffin Emblem 4th crowfunding operation

Griffin Emblem une marque d’avenir soutenue par le financement participatif – analyse du phénomène

Voir les commentaires