Articles avec #informations 2014 tag

Publié le 22 Décembre 2014

Logo MastersinTime

 

Depuis pratiquement le début de cette aventure, je reçois périodiquement des demandes sur les meilleures montres ou les meilleures boutiques. Si mon objectif était de vous donner des éléments de choix pour vous faire votre propre idée, il est apparu rapidement qu’un certain nombre de critères pouvaient définir ces meilleurs choix.

 

Pour les garde-temps, j’ai finalement proposé à plusieurs reprises, quelques bonnes affaires qui étaient certes teintées d’appréciations personnelles. Mais j’ai appris à reconnaître ce qui reste important pour vous et, à force d’analyse, de comparaisons et d’achats personnels, j’ai pu aussi déterminer ce qui pouvait placer une boutique au dessus du lot.

 

Nous resterons dans l’esprit qui a animé ce blog depuis le début : J’établis les critères, j’analyse le plus de boutiques possible (dans la mesure où elles sont établies en Europe et offrent une interface en français) et je délivre une note.

J’ai défini (sans surprises), 23 critères qui établissent la qualité de nombreux facteurs nécessaires pour se placer en haut du panier. Cela va du choix des produits à la qualité de la livraison, en passant par les services divers incluant les paiements, le Service Après-vente, sans oublier l’attitude éventuellement non-intrusive des Newsletters. Un élément déterminant restant la qualité du descriptif de chaque garde-temps, incluant les dimensions, les calibres, les étanchéités.

 

Ce que j’espère ainsi offrir aux internautes, c’est un service analysé avec sérieux et efficacité qui déterminera chaque année, un peu avant Noël, la meilleure boutique Internet ! (je publierai prochainement le tableau des critères).

Ce que j’espère c’est qu’en regardant l’impact du Blog (2000 à 2500 lecteurs/jour), les boutiques existantes cherchent à améliorer leur travail, ce qui au final, vous sera profitable, tout en améliorant leur business !

 

Ce Noël 2014, la boutique Internet multimarques qui a obtenu le meilleur score (42 boutiques analysées) est :

Masters in Time établie aux Pays bas, avec une note de 1960 points sur 2300, ce qui équivaut grosso-modo à 18/20 !  http://www.mastersintime.fr/

Voir les commentaires

Publié le 28 Novembre 2014

Joyeuses fêtes

 

Bientôt Noël et sa ribambelle de cadeaux !

 

Vous songez à une montre... un beau présent à offrir à l'un de vos proches ou de vos amis, vous avez envie de vous faire plaisir ?... MBA vous donne quelques pistes.

 

Plus d'une centaine de marques sont déjà répertoriées, mais les petites nouvelles arrivent pour encore d'autres idées.

 

 

 

Je vous souhaite un très Joyeux Noël plein de magie et une Bonne Nouvelle Année pleine de joie.  grappes boules noel

 

MBA sera toujours là en 2015 pour vous accompagner avec davantage de reportages et de découvertes. Merci au million d'entre vous, lecteurs,  pour votre fidélité !  Merci aux deux mille visiteurs journaliers du monde entier. Bienvenue à tous ceux qui vous joignez à nous !

 

Jimmy

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le 14 Novembre 2014

cap horlog2

Cap Horlogerie, une seule journée, trois formations !

 

Une occasion unique à Paris de devenir horloger pendant quelques heures. Tout connaître de la montre mécanique, automatique ou chronographe, Entrer dans le cœur d’un mouvement ou personnaliser « sa » montre classique, de plongée ou bien spécifique aux pilotes. Un établissement vous le propose dans le 9ème arrondissement de la capitale.

 

Nous sommes nombreux à espérer connaître les mystères de nos garde-temps, sans pour autant disposer du temps nécessaire… ou connaître l’organisme qui pourrait nous y aider.

 

Cap Horlogerie est à la fois une école pour les formations longues (C.A.P.), un Centre de formation continue, un atelier technique et surtout une formidable occasion pour ceux ne disposant que d’une ou deux journées (selon les ateliers), de construire sa propre montre dans les règles de l’art. Ces ateliers sont mis en place toute l’année selon un calendrier précis en général les week-ends. Vous pourrez littéralement y construire le type de montre de votre choix en apprenant toutes les techniques, sur la base de mouvements suisses de grande qualité.

 

 2014 4569    

 

Petit déjeuner, déjeuner, documentation technique, l’objet de vos rêves à votre poignet, tout est inclus pour une somme souvent largement inférieure à une montre de marque disposant des mêmes composants. Les formateurs sont diplômés, l’installation est agréée. Si vous souhaitez franchir le pas – l’occasion vous en est proposée !

 

Cap Horlogerie tient encore dans ses tiroirs de très beaux projets l’impression 3D, le « swatch modding », des concepts innovants qui verront prochainement le jour. En attendant, l’atelier de réparation et la boutique sont à votre disposition sur le site ou tout est expliqué en détails :

http://www.caphorlogerie.fr/

Voir les commentaires

Publié le 4 Novembre 2014

Genius Temporis

Genius Temporis - l'esprit de notre temps ...

 

La manufacture horlogère russe, Konstantin Chaykin va bientôt dévoiler la Montre Genius Temporis, le pic de l'évolution de la montre à une seule main. Pour la première fois, elle sera présentée le 6 Novembre 2014 (dans deux jours), au Salon QP 2014 à Londres. Dernière invention de Konstantin Chaykin, ce "solitaire" indique désormais également les minutes, tout en conservant l'élégance minimaliste des montres classiques à une seule main.

 

Une aiguille des heures seule, livre une performance de commande, encadrée par un visage décoré dans le style du 17ème siècle des montres de poche : Elle indique les heures et les minutes, puis, tout au gré du propriétaire. Le changement est effectué en appuyant sur un bouton situé à 2h00 sur le côté du boîtier. L'aiguille des heures saute gracieusement et montre la minute précise.

 

La Genius Temporis porte un calibre K01-5 propriétaire, qui a été développé spécialement pour ce modèle. Ce calibre est très complexe à la fois dans la construction, la production, l'assemblage et l'ajustement. Il se compose de plus d'une centaine de pièces, dont chacune est finie à la main dans la manufacture Konstantin Chaykin.

 

Alexey Kutkovoy, l’Expert horloger et journaliste russe a suggéré le nom "Genius Temporis", qui signifie en latin «l'esprit de notre temps», car Alexey a estimé que ce nom reflète mieux l'évolution des montres en solitaire, comme un écho de notre perception du temps .

 

Genius Temporis – « l'esprit de notre temps ». Un moment de la conscience de soi et la liberté de choix. La Genius Temporis par Konstantin Chaykin démontre combien il est facile d'accélérer ou de ralentir nos vies - le tout avec un seul bouton. Accélérer ou ralentir ? Le choix est vôtre !

 

Très loin des propositions du milieu de gamme, ce renouveau russe est toutefois à remarquer pour sa créativité. J’ai rencontré Konstantin au Salon Belles Montres de Paris en 2012 ( Salon Belles Montres, Paris 2012 ) . Sa démarche m’a impressionné, je vous laisse découvrir (pour le plaisir) sa dernière venue : Genius Temporis :

     

Caractéristiques techniques :

 

Calibre : K01-5

Échappement : ancre

Dimensions : 36 х 7,8 mm

Rubis : 29

Réserve de marche : 48 heures

Matériaux : acier, bronze, laiton et or.

Diamètre : 44 mm,

Indication de l'heure

Minute, Indication sur demande

 

Prix : 25.000 euros

     

À propos de la Manufacture Konstantin Chaykin

 

La Manufacture Konstantin Chaykin est une société horlogère russe dont les mouvements et complications sont brevetés « classe luxe ». Le Président et fondateur, Konstantin Chaykin, est le seul horloger russe qui est membre de l'Académie Horlogère des Créateurs Indépendants. Konstantin Chaykin est l'auteur de la plupart des complications dites de « Nombres » dans le monde. Chaque année, la Manufacture Konstantin Chaykin présente de nouveaux garde-temps à des expositions dans le monde entier, y compris BaselWorld en Suisse, Salon QP à Londres, Top Marques à Shanghai, Belles Montres à Paris et bien d’autres encore.

 

Vous pouvez en savoir plus sur Konstantin Chaykin montres et horloges et où vous pouvez les acheter sur le site de la société :

http://chaykin.ru/en/

Voir les commentaires

Publié le 26 Octobre 2014

Beuchat automatique   Beuchat 3 

En 1904, Constant Beuchat, originaire de Undervelier dans le Jura Suisse, et héritier d’une vieille famille d’horlogers qui a côtoyé Messieurs Meylan et Constant, s’installe à Marseille, dans le sud de la France. C’est la mer qui va inspirer la famille pour des générations !

 

Il crée ainsi son entreprise horlogère et les cadrans de ses montres porteront longtemps son nom complet. 

Constant aura deux fils. L’un passionné par l’horlogerie, qui poursuivra son œuvre ainsi queBeuchat 1999 quelques-uns de ses descendants, et l’autre entièrement dévoué aux sports sous-marins.

La collaboration des deux branches de la famille donnera d’ailleurs lieu à des créations communes, dont les plus connues sont deux montres de plongée peu avant l’an 2000.

                             Création commune 1999 >

 

Les brevets, créations, inventions et innovations seront légions dans les deux branches. Georges Beuchat sous divers noms d’entreprises créées dès 1934, sera le fondateur de cette superbe entreprise Marseillaise, qui deviendra Beuchat International avec l’espadon pour emblème et qui n’est pas moins que l’inventeur de la combinaison de plongée. Elle distribue encore aujourd’hui des produits spécifiques aux sports sous-marins dans le monde entier. Deux fois reprise, elle est à présent aux mains de la famille Magnat (Gilles et Christophe) qui développent sa renommée internationale link.

 

Les montres Beuchat Chronographes, sont quand à elles, sous la direction de Georges Belmar, PDG du groupe B Plus créé en 1986, qui distribue également quelques autres marques horlogères comme Serge Blanco, Technograph, Kox Design, Lola Carra ou Jet time. Les montres Beuchat Chronographes ont été rachetées en 2002 et sont toujours, pour une grande partie d’entre-elles, assemblées à Paris dans le 15e arrondissement link.

 

Beuchat2    Beuchat 4beuchat-beu0032-2 ZZ1 1000-montre-watch

Avec des destinées différentes, les deux sociétés cohabitent possédant un nouveau lettrage de nom assez similaire (ce qui parfois entretien la confusion), mais restent centrées sur ce qui a fait leur renommée : la plongée sous-marine.

 

Les montres Beuchat Chronographes pour les modèles les plus sophistiqués (GammeBeuchat 5 OCEA HPS2, étanches 2500m, saphir, mouvement sous fluide, 1000 euros) demeurent des produits techniques de haute qualité, appréciés par les amateurs et dans un registre de prix raisonnable, mais la distribution conventionnelle, propose à présent sur le marché, des garde-temps assez classiques, souvent à quartz et dans une gamme aux prix alignés sur la concurrence. link , link

 

Il est ainsi possible de trouver dans beaucoup d’horlogeries en ville et sur quelques sites Internet, des montres fort-belles, parfois très originales, qui méritent le détournement de notre regard, avec une petite larme de fierté hexagonale.  

 

Cet article, le jour de sa publication, a été lu par 3.358 personnes.

Voir les commentaires

Publié le 1 Octobre 2014

MH1

 

Le 28 septembre 2014, j’ai été reçu par Roy et Valérie BAIERLEIN dans leur ancienne manufacture restaurée proche d’Avignon. Tous deux sont issus de la très fameuse école d’Horlogerie de Cluses (Haute Savoie), ce sont de vrais passionnés. Maître Artisan, Roy,  avec cette appréciable compétence et dans un discours ininterrompu de quatre heures, m’a fait remonter le temps avec bonheur !

 

MH6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée est contigu d’un atelier détenteur du label « Entreprise du patrimoine vivant ». Perdus dans la campagne Provençale qui leur offre un écrin, ces belles installations vous attendent pour une visite passionnante.

MH28    

Vous voyagerez depuis l’âge des Sumériens qui en basant leur Civilisation sur le chiffre 3, ont sans doute sans le savoir, ouvert la porte à la division du temps… jusqu’aux premiers mouvements à balancier, en passant par la formidable quête de l’heure juste qui seule pouvait sauver la Marine, à une époque pas très éloignée où l’on savait si mal encore rejoindre le bon port !

 

  MH27 MH17 MH21

 

Vous découvrirez avec surprise des inventions anciennes adaptées aux besoins de nos aïeuls : Ils chérissaient leurs montres à gousset comme nous aujourd’hui nos Smartphones ! La politesse exigeant la discrétion, une petite barrette dans la montre produisait un « toc » sur le doigt indiquant ainsi l’heure.

D’autres nous sont familières comme les montres pour aveugle ; mais quelle saga a permis qu’elles voient le jour !

Connaissez-vous ces petits supports aussi beaux qu’étranges qui permettaient de suspendre la montre à gousset dans la position idéale pour ne pas user prématurément le mécanisme ?

Avez-vous entendu parler du secret des chaînes (seules visibles, puisque la montre demeurait dans le gilet !) qui en disait si long sur la position sociale de leurs détenteurs ?

Ou encore l’énigme liée à la tradition d’arrêter les pendules et horloges comtoises à la mort de leur propriétaire ?

 

MH31 MH15

 

Autant d’anecdotes pittoresques ou savoureuses que Roy BAIERLEIN, horloger enthousiaste et averti vous distillera, tout en parcourant les allées du Musée garnies de vitrines précieuses. Des montres, des outils, des inventions étranges : toute la captivante histoire de l’horlogerie à travers les siècles.

 

J’ai particulièrement aimé son récit de l’invention des premières montres électromécaniques par LIP dont il connaît si bien l’histoire. Qui sait ce qui serait avenu si le destin de cette manufacture avait été différent. Aurions-nous inventé la montre à quartz avant les japonais ?

 

MH19 MH4

 

Nos compatriotes ont souvent été précurseurs en matière d’horlogerie, les premiers grands Maîtres étaient Anglais et Français. Ce petit musée est un témoignage admirable de l’histoire du temps. Je vous le recommande pour une sortie dominicale ! Connaissance et plaisir des yeux vous sont garantis.

 

Plus encore, un atelier d’horlogerie fort bien équipé est visible depuis les salles du Musée. Des formations longues (AMH), des validations conduisant au titre professionnel d’horloger de ou courtes sessions s’ajoutent aux compétences de cette installation très complète et sympathique.

https://www.centrehorloger.fr/

 

    MH24 MH26

Voir les commentaires

Publié le 29 Août 2014

Sans titre

Je reçois très régulièrement, en plus des manifestations de sympathie, des messages comportant des interrogations légitimes en matière d’horlogerie.

 

Aujourd’hui, un certain « Jérôme » m’envoie ceci :

 

« Éclairement de ma lanterne...

Bonjour, d'abord un grand merci pour votre site que je trouve passionnant, j'y viens assez régulièrement maintenant depuis deux ans environ. J'aimerais vous poser une question cruciale pour moi (sourire). Il y a beaucoup de modèles et de marques de montres postées sur votre site qui sont placées dans la même fourchette de rapport prix/ qualité (mécanisme, qualité du verre, acier optimisé etc...) Et évidement ce n'est pas toujours facile de faire un tri dans toutes les marques citées. Parmi celles-ci, pourriez vous m’en indiquer quelques unes (je ne parle pas du look de la montre), qui auraient selon vous un rapport qualité/prix encore plus imbattable dans la liste ?  Merci d'avance pour votre réponse et longue vie a votre site.


Jérôme
 »

 

C’est évidemment une question à laquelle il n’est pas simple de répondre Jérôme, car il y aura toujours de ma part quelques éléments suggestifs – c'est-à-dire : tenant compte d’un avis très personnel !

Cependant, il y a des opinions assez générales, qui en se recoupant, offrent une « vision » un peu plus précise. De plus, les éléments entrant en ligne de compte pour cette analyse auront forcément considéré des facteurs primordiaux dans la résolution du choix.

J’appelle personnellement, en général, ces facteurs par l’abréviation : CRDS.

Ainsi donc, j’attacherai plus d’importance à la Conception, la Robustesse, la Durabilité et enfin la qualité du Service Après-vente.

 

Pour commencer, il est nécessaire (nous parlons cependant toujours de Milieu de Gamme), de différencier les types de mécanismes, car on ne peut pas comparer des montres à quartz avec des montres à complications mécaniques, ni les faire sortir du lot.

 

Je vous donnerai donc sans plus de verbiage, mon opinion classée :

 

En ce qui concerne les montres dites « Electroniques », c'est-à-dire à système Eco-Drive, Kinetic, Radio-pilotées ou Solaires, les productions japonaises (SEIKO, CITIZEN, CASIO1 pour citer les plus importantes) sont les mieux placées. Nous avons affaire à des manufactures qui maîtrisent tout le processus et livrent des produits méritant le label CRDS à des prix très abordables.

 

En ce qui concerne le « Quartz de qualité », quelques marques sortent réellement du lot. Je serais d’ailleurs ici, dans le cadre d’une opinion personnelle, validée par l’expérience et l’analyse technique – Vous obtiendrez en effet, des avis divergeant, motivés par des éléments très divers, surtout alimentés par des questions de goût (certains aiment les montres classiques, d’autres les garde-temps sportifs ou à complications et aussi, il ne faut pas l’oublier les apparences plus « modernes »).

 

Alors voici mes choix, dans l’ordre :

 

GLYCINE : une excellente marque Swiss Made qui produit de la qualité ultime à prix très correct. J’aime ensuite MARVIN,  (Attention, consulter le lien : Marvin )   une autre marque suisse qui a émergé d’un long sommeil et qui soigne ses réalisations. Après, j’apprécie AUTRAN & VIALA, une production allemande d’un classicisme à en faire oublier le type de « moteur », puis CERTINA qui est toujours restée attentive à la finition et la durée dans le temps, en donnant un bon point à un petit nouveau hollandais qui se nomme FROMANTEEL !

 

Quand on aborde la question du « Mécanique », trois marques me viennent à l’esprit. Une première qui sans conteste mène la danse : une fabrique dans le giron de Seiko qui produit la marque ORIENT et qui offre depuis toujours, les montres mécaniques, les plus abordables sans aucune concession à la qualité globale.

Vient ensuite ROTOR, une marque allemande, qui nous offre des produits très honnêtes qui tout en contenant des calibres prestigieux (Valjoux), réputés très chers, concilient la qualité et le prix : Ses chronographes sont les moins chers du marché !

Un peu plus onéreux, mais toujours dans la qualité ultime, je place STOWA qui démarre ses automatiques à des prix encore abordables.

 

Je dois cependant admettre que le "choix des Internautes" se place sur STEINHART et qu'il est justifié !

 

Pour les prix égaux ou supérieurs, sans pour autant apporter de réel plus à la qualité, je place VICTORINOX, HANOWA, puis en montant en gamme, NOMOS, EBEL, EDOX pour finir avec un processus vraiment supérieur de traitement, chez LOUIS ERARD, FREDERIQUE CONSTANT, GLYCINE, MIDO et ORIS.

 

Deux marques discrètes attirent cependant régulièrement mon attention : COVER et CANDINO qui réalisent un très bon score qualitatif.

 

Le Prix du jury revenant à EDMOND, une toute petite marque Suisse, qui produit des montres assez massives, mais réellement bien pensées, et qui méritent le label CRDS !

 

Si vous me demandez quel est le « Prix de mon choix personnel », je répondrai (mais là c’est une question absolue de goût) : GLYCINE, sans hésitation. C’est d’ailleurs la montre sur les 30 que je possède, que je porte le plus souvent (et j’en ai trois, une quartz et deux automatiques, dont une exclusivement fabriquée pour moi !)

 

1 -  Que les choses soient claires une fois pour toutes : CASIO est une manufacture (1 ères montres en 1972 et maîtrise du processus complet de fabrication), mais c'est une société "électronique"... parmi les meilleures au monde. Ils ne font donc que des montres à quartz ! (ne vous laissez pas abuser par une information contraire).

 

Voir les commentaires

Publié le 22 Août 2014

Jean Bellecour

Voici un article en forme de réquisitoire, c'est-à-dire selon la définition des synonymes disponibles, à la foi une observation, une admonestation et une supplication.

 

Quel est notre avis sur les montres Jean Bellecour ? J’ai eu tout d’abord la tentation de vous dire que nous étions là en présence d’une création similaire à quelques autres marques bien connues utilisant le même langage : une présentation impeccable, une apparence très impressionnante, un discours plaçant la fabrique à la fois dans une catégorie « luxe » et une autre ne souffrant d'aucune discussion sur la qualité intrinsèque… tout cela par un rattachement à l’idée de « Manufacture ».

Tout le monde sait à peu près aujourd’hui ce qu’est une Manufacture : une entreprise horlogère qui non seulement fabrique tous les composants de la montre (avec quelques produits spécifiques parfois quand même, issus de partenaires indiscutables, comme la fourniture des ressorts, des bracelets ou des verres saphir) et surtout qui produit en interne  ses « propres » mouvements, réalisant le montage final !

 

J’observe que le site Internet de la marque Jean Bellecour est sobre et respire les grands boulevards, les montres sont très belles et le néophyte, au regard des tarifs affichés, se dira être là en présence d’une « très bonne affaire ». En effet, les garde-temps mécaniques pour hommes oscillent entre 499 et 649 euros.

 

Pourtant un mécanisme standard ETA, digne de tels objets, coûte à lui seul plus de 200 euros et même si les verres des montres sont simplement renforcés, ils n’utilisent pas de verre saphir à l’exception des modèles les plus chers.

Vous me direz qu’une montre de vraie Manufacture pourrait ne pas valoir plus... mais rares sont celles qui n’utilisent pas cette « notoriété » pour proposer de véritables complications maison ou des prestations supérieures justifiant de cette « appartenance » !

 

Je ne m’étendrai pas sur les « ventes privés » assez fréquentes qui « offrent » ces montres Jean Bellecour  à des tarifs remisés de 80%. Ce n’est raisonnablement pas viable.

En regardant encore les rubriques du site « l’Histoire » ou « les Valeurs », on est en droit de s’attendre à découvrir une antériorité, une « image », des procédures !

J’utiliserai alors la seule admonestation de cet article : le discours est malheureusement creux et ne nous apprend rien, sinon que « ces gardes temps perpétuent chaque jour la beauté de gestes ancestraux ! ».

 

Alors pour ne pas encore paraître gratuitement « critique », je me limiterai à quelques questions lancées à Monsieur « Jean Bellecour » en forme de supplication… :

 

Pouvez-vous nous dire quels sont les calibres que vous placez dans ces garde-temps. Si ce sont vos propres mécaniques, soyez en fier et présentez-les nous, sinon, expliquez-nous pourquoi ils paraissent si « chinois » de qualité courante ! (certains modèles portent cependant la mention "Japan Movement").

 

Expliquez-nous pourquoi les présentations de « découvreurs de talents » sur internet ne reprennent jamais autre chose que le discours stéréotypé du site maison et ne vous félicitez-vous pas d’une analyse indépendante et objective ?

 

Vous avez parfaitement le droit de proposer les montres Jean Bellecour et d’en vivre. Nous vous demandons juste d’être honnête, comme je le suis dans cet article. Les lecteurs de MBA me sollicitent tous les jours sur les véritables valeurs de dizaines de marques au message « flou ». Je me dois de faire certaines investigations, comme certainement vous les faites vous-même avant d’obtenir des sources d'approvisionnement fiables et une certaine continuité d’activité pour ne pas mettre votre commerce en péril !

 

Soyons clairs, je vous assiège pas, je ne vous dénigre pas… je vous pose les questions que chacun se pose avant d'acquérir une montre dite de qualité… qui durera aussi longtemps que vous semblez le promettre.

 

Cet article a été modifié le 17 novembre 2014 (le nom du propriétaire de la marque a été retiré à sa demande, mais aucune réponse aux questions de l'article n'a été apportée).

Ne pas confondre la marque "Jean Bellecour" avec celle de l'Artisan Français "Bellecour "

 

Voir les commentaires

Publié le 9 Août 2014

Montres Militaires

 

Collection-Montres-Militaires - Eaglemoss éditeur 

 

Il n’est pas question ici de critiquer l’éditeur anglais Eaglemoss qui vient ce 6 août 2014, de lancer en France, sa collection de montres militaires dans les Maisons de la Presse. Ni d’ailleurs d’en faire l’éloge !

Ce billet n’est qu’une analyse, un avis objectif documenté. Le lancement d’une telle collection de vraies montres est un évènement suffisamment significatif pour que l’on mérite de s’y intéresser.

Les amateurs chevronnés y trouveront peut-être comme Vault VHS Crisney UK (un passionné anglais), l’occasion de redécouvrir des modèles historiques… qui à son goût semblent suffisamment proches des modèles originaux.

Les collectionneurs amateurs de garde-temps trouveront quand à eux, une opportunité de posséder à coût raisonnable, des pièces essentiellement centrées sur l’aspect engageant et attractif de cet ensemble. Nous parlerons dans le texte des aspects techniques.

 

Il y a quelques jours, Eaglemoss, éditeur anglais a introduit à travers un partenaire éditeur français (Cobra), une collection de répliques de montres militaires, portées par de nombreux soldats des Armées dans le monde entier depuis plus de 75 ans. Il s’agit de pièces utilisées au combat, comme en temps de paix par les différents Corps d’armée, terre, mer, air.

 

C’est Data Base Factory, qui en France est chargé de la gestion et de l’encaissement de cette collection. Un organisme spécialisé que de nombreux collectionneurs connaissent. L’objectif étant de proposer de vraies montres que l’on peut porter tous les jours et non de basses copies en plastique inopérantes. Des coffrets spécialement développés permettent aussi de simplement admirer sa collection.

Eaglemoos N1 1970   Benrus-DTU-2AP

Modèle Armée US Vietnam 1970               Exemplaire original BENRUS

proposée par la Collection 

     

Les amateurs de bonne horlogerie crient déjà au scandale en dénigrant l’usage systématique du quartz ou des composants bas de gamme. Il est évident que commercialement, une telle collection n’est viable que par le volume de production, qui permet ainsi aux simples néophytes de trouver une certaine joie à rejoindre le nombre toujours grandissant de passionnés de garde-temps. L’analyse sociologique du sujet ne permettra jamais aux belligérants de se mettre d’accord.

 

De vrais amateurs ont cependant déjà salué l’initiative en découvrant l’occasion de rassembler des pièces mythiques souvent rares ou disparues. Les tenants de la qualité ultime en matière d’horlogerie ne trouveront aucun intérêt dans ce concept. Laissons donc chacun trouver le plaisir qui le motive.

 

Parlons cependant clairement de l’aspect technique : Les créateurs britanniques de cette collection (qui a débuté en Angleterre le 17 février 2014), ont comme tous les chefs d’entreprise d’abord regardé la faisabilité de la chose. Il fallait pouvoir offrir au plus grand nombre l’occasion de découvrir ce monde particulier de la montre militaire. Des consensus économiques ont du être mis en œuvre qui à la fois permettaient la viabilité du projet et proposaient des pièces suffisamment solides pour ne pas demeurer cantonnées au simple rôle de « jouets ».

 

Le plastique a donc été écarté, tandis qu’on convenait que les montres devaient réellement fonctionner. On a donc probablement choisi dans la plupart des cas des boîtiers en aluminium et parfois en alliages non ferreux légers (certains modèles pas encore distribués, seraient d'ailleurs en acier inoxydable !). Les cadrans ont été soignés et les bracelets sont d’avis général de bonne qualité (même si ceux supposés d’apparence cuir, ne sont dans certains cas que du simili).

Les mécanismes ne sont pas du premier choix de l’empire du milieu, mais des mécaniquesCasse Montre éprouvées d’origine nippone : des calibres quartz EPSON (filiale de SEIKO). Quand aux verres, bien que non trempés et de relative finesse, ils ne sont pas en plastique, mais en verre véritable. Ce qui est attesté par l’image de l’un d’eux brisé ! 

     

Quand on analyse le coût réel de l’un de ces modèles, on atteint probablement peu ou prou, le prix de la montre numéro 1, vendue moins de 5 euros. Le calibre EPSON (un AL55A ou AL21E), à lui seul peut être trouvé à moins de 3 euros l’unité, distribué par les spécialistes. Le volume ici utilisé doit ramener ce coût à environ 1 euro la pièce, mais reste un produit correct et fiable. C’est sans doute ce même volume qui a permis la possible diffusion de cette collection à un prix attractif. Nous en sommes à globalement 15 euros la montre (y compris le fascicule et la distribution). Cette collection déjà vendue à 400.000 exemplaires au Royaume Uni, atteindra-t-elle un tel volume en France ? On imagine cependant les moyens mis en place pour produire tous ces garde-temps avec un process sérieux qui a du pousser vers le haut la qualité de finition (chaque montre est étanche et garantie deux ans !).

 

Seiko-Epson-AL21E-movement        Montre ouverte

 

Il faut savoir que la collection complète comprend un total de 80 montres. A raison de deux montres envoyées par mois, il faudra quatre années pour la compléter. Pour la plupart de ceux qui se sont laissés tenter, le coût ne sera que d’environ 31 euros par mois, à quoi il faudra ajouter quelques classeurs (moins de 8 euros) pour rassembler les fascicules… et les coffrets de rangement pour exposer sa collection (la première boîte est offerte, les trois suivantes, vendues 26 euros pièce).

 

Coffret 

 

On estime ainsi que la collection complète aurait une valeur d’environ 1400 euros.

Ce n’est pas rien, mais s’il avait fallu acheter les modèles originaux vintages, au cours de l’occasion, la collection aurait coûté sans doute au moins le double, sinon dix fois plus, quand on considère certains originaux de conception Rolex ou Panerai par exemple... et ceci sans l’abondante littérature rassemblée depuis le début !

Littérature, me dîtes-vous ? Certes, de qualité, avec des articles de fond sur l’origine des modèles, sur l’environnement historique, sur l’histoire et l’aventure des grandes marques, sur l’horlogerie en général (excepté quelques petites erreurs, que nous mettrons pour le moment sur le compte d'une mauvaise traduction ou d'erreurs de fléchage !).

 

Que dire de la fiabilité des reproductions ? Sans doute pas mal de libertés prises sur les modèles originaux, d’ailleurs autant en ce qui concerne l’aspect général que la dimension par exemple. Une absolue similitude semblait techniquement impossible. Est-ce critiquable ? Au sens horloger pur, certes… Mais sur le terrain du simple plaisir… l’histoire rapportée dans les fascicules se charge de rétablir les éléments véridiques.

 

Au final, cette collection est-elle utile ? Probablement non… il ya bien d’autres choses plus importantes à faire.

Est-elle conforme à la réalité ? On a déjà répondu à cette question !

Est-elle chère ? Sur 4 ans, sans doute non. Ne gaspillons-nous pas 30 euros par mois en futilités ?

Est-elle agréable ? Vous serez seuls à pouvoir répondre !

 

Petite précision utile en ce qui concerne la garantie des montres pour une durée de deux ans :

Toute souscrition à la collection sous-entend cette garantie automatique de la part d'Eaglemoss (sans intervention du collectionneur). La date d'expédition de l'objet est celle de début de sa garantie et fonctionne par contact tel. et retour de l'objet pour remplacement.

Pour les acheteurs occasionnels, la notice d'utilisation dans la boîte indique l'adresse du site Internet mis en place pour déclarer l'achat qui sera dans ce cas, la date de début de la même garantie. Une petite confusion de démarrage de l'opération (pour les achats isolés) ne permet pas de trouver le code d'enregistrement à rentrer lors de la demande de garantie - La Compagnie est en train de mettre la procédure en place. En attendant, si vous avez un problème, contactez-les au numéro de téléphone inscris sur le site de promotion. 

Collection Montres Militaires - Collection-Montres-Militaires - COLLECTION MONTRES MILITAIRES - COLLECTION-MONTRES-MILITAIRES - Collections Montres Militaires - Collections-Montres-Militaires - collection montres militaires - collection-montres-militaires - eaglemoss - Eaglemoss -EAGLEMOSS - Collection de montres militaires - Marchand de journeaux - Montres militaires à collectionner. 

 

Voir les commentaires

Publié le 7 Juillet 2014

Marteau-Rotor       

Bien que les historiens de l’horlogerie n’aient pas su se mettre d’accord sur le véritable inventeur du système de remontage automatique, entre Abraham Louis Perrelet (1777) et Hubert Sarton (1778), on constate que son invention est très ancienne. C'est toutefois grâce au français Pierre Joseph de Rivaz de la même période historique que ce principe a été intégré la première fois dans une montre puis perfectionné par John Harwood au début du XXè siècle. Hans Wilsdorf l'intégra de manière systématique dans ses montres Rolex dès 1931. Il faut savoir que ce n'est qu'après que le brevet Rolex soit tombé dans le domaine public (dans les années 50) qu'il put être enfin développé par toutes les autres marques. Harwood ayant développé seul son propre système (brevet en 1924) qui cessa d'être définitivement commercialisé la même année ou Rolex prit la main.

 

Les premiers calibres mécaniques nécessitaient d’être remontés à la main chaque matin pour pouvoir offrir une petite journée de fonctionnement. Ces mécanismes existent encore et restent prisés surtout depuis 2012, mais ne représentent toujours que 5% de la production. Cependant, le remontage automatique offre une souplesse réelle. En effet, un « marteau » ou « rotor », petite pièce montée sur roulement, profite de chacun de nos mouvements pour se déplacer dans la cage de la montre afin de tendre le ressort. On l'appelle aussi "masse oscillante". Ce dispositif délivrera alors progressivement son action afin de permettre à la montre de fonctionner de manière quasi autonome.

 

Au début, seules les montres d’un certain prix étaient dotées d’un tel système, encore a-t-il été nécessaire de perfectionner son action (et notamment) sa résistance aux frottements. Les calibres automatiques actuellement les plus avancés datent des années 1980, mais ne cessent d’être améliorés depuis.

 

Pour exemple, le travail de la marque Frédérique Constant, qui avec son High Beat Manufacture Automatique, a augmenté de 55% l’efficacité du rotor en faisant passer sa dimension courante de 26.5mm à 29.5mm.  

 

La plupart des montres automatiques « Swiss Made » sont aujourd’hui équipées d’un rotor bi-directionnel. Ce qui permet avec l’adjonction d’un cliquet, de profiter de « tous » les mouvements du poignet pour remonter le mécanisme dans les deux sens. Seuls les mécanismes à bas prix ne fonctionneront que dans un seul sens… et dépasseront rarement la journée d’autonomie, parfois moins sur les sujets peu actifs (travail de bureau ou malades alités, par exemple). 

Il est donc intéressant, lorsqu’on se sait moins appelé à « bouger » de vérifier l’autonomie du calibre une fois remonté correctement.

 

Il est toujours plus approprié de remonter sa montre au maximum la première fois, avec la couronne (attention de nombreux calibres japonais ne peuvent pas être remontés avec la couronne, mais par le mouvement du poignet exclusivement). De manière à disposer d’un capital de départ. L’activité courante suffira en général à conserver cette « avance ». Cependant, les mécanismes disposent de « réserves de marche » très différentes selon les marques. Cela peut aller de 12 à 90 heures en moyenne (avec un bon point pour le nouveau système 51 de Swatch - Voir : Swatch invente le "mécanique" ).Il est donc très profitable de s’informer de ce « crédit » auprès du vendeur.

 

En remontage manuel, vous devez être prudents par rapport à certains très vieux mécanismes encore utilisés, qui ne possèdent pas de système de débrayage automatique. Cela risque en effet de comprimer le ressort au-delà de sa capacité et de voir la rupture du système. Il n'existe pas de tableau public recensant les calibres de ce type, mais vous serez alerté dans le mode d'emploi !

 

Les calibres standard ETA, comme le 2824-2 ou le Valjoux 7750 disposent en principe de 32 à 45 heures d’autonomie et avec leur rotor bi-directionnel et débrayable, sont suffisamment véloces pour profiter du moindre mouvement du bras. Certains vendeurs mal informés, annoncent là par erreur, un calibre uni-directionnel, mais les marques qui les utilisent sauront vous rassurer. Je dois préciser que malheureusement les fiches techniques sur les sites internet sont encore trop souvent erronées !   

 

Je serais enclin à suggérer d’éviter les calibres d’origine chinoise qui disposent d’une autonomie généralement moindre ou les japonais qui ne peuvent pas toujours être complétés par un remontage manuel de la couronne (Voir  Seiko SNZH33-2, la revue ! pour les détails).

 

Lorsque l’on achète une montre mécanique sur Internet, on dispose rarement d’une information suffisamment complète pour connaître l’autonomie ou la vélocité du calibre qui équipe la montre qui nous a tapé dans l’œil ! Une solution consiste à consulter le site du constructeur de la marque pour vérifier cette information, ou tout simplement de la demander à un professionnel.

 

L’objectif, étant finalement de bien acheter la montre qui convient non seulement à notre personnalité, mais surtout à notre usage et notre « mobilité » journalière.

Il faut savoir que certaines marques offrent dans les « complications » disponibles, un petit compteur du « restant d’autonomie ». 

 

Exemple d'un rotor décoré or :                                                 Exemple du compteur d'autonomie

                                                                                                     (juste sous la marque du modèle)

Gavox Calibre  Arbutus-Moment

 

Beaucoup de gens vous donneront des conseils (par exemple, en ce qui concerne le tableau d'étancheité précisant ce qu'autorise une valeur [ex. 10A TM] ) - J'ai par ailleurs dénombré pas moins de 55 sites différents vous rappelant ce tableau d'étancheité des montres qui est toujours le même - Mais au sujet du remontage mécanique et de tout ce qui lui est lié, nous trouverons des pages sans fin sur les moteurs de recherche. A peu de choses près vous n'apprendrez rien de nouveau, si ce n'est de temps en temps, une expérience isolée qui relève une particularité interessante. Qu'un site Internet vous montre de nouvelles astuces est suffisamment intéressant pour que je le souligne ici.

Si vous avez envie de savoir comment corriger l'avance ou le retard d'une montre mécanique sans l'ouvrir, voyez plutôt ici : link et parcourez les conseils jusqu'à la rubrique : "Informations par rapport aux montres automatiques de marque"

Vous serez également surpris de découvrir dans la FAQ (questions souvent posées) des indications importantes, notamment sur tous les types de bracelets de montre qui existent.

Une bonne boutique n'est pas qu'une entreprise "commerciale", c'est aussi un "conseil" qui avait trop largement disparu avec l'avènement des commandes par Internet.  Merci à cette boutique là d'avoir particulièrement soigné cette approche.

 

Voir les commentaires